Aller au contenu principal
Une arcade genevoise qui ferme, un exemple qui malheureusement se multiplie. © Keystone

Commerce de détail: une hécatombe romande

Tous les cantons sont touchés par la fermeture d’enseignes, qui pointent du doigt l’e-commerce et le tourisme d’achat. La croisée des chemins est annoncée.

Ce sont deux tendances très fortes qui font à la fois peur et de gros dégâts. Le commerce de détail subit de plein fouet  l’impact du tourisme d’achat et de la concurrence des plateformes d’e-commerce depuis des mois et l’hécatombe concerne désormais toutes les villes romandes. Nous avons effectué un état des lieux des cantons en contactant diverses institutions concernées. Le constat est passablement négatif quant à l’avenir des commerces de détail. La Chambre de Commerce et d’industrie du canton de Fribourg (CCIF) s’en alarme notamment et vient de présenter une étude au titre évocateur: «Le commerce de détail fribourgeois à la croisée des chemins».

A Genève, le phénomène est connu de longue date et a été relevé par Jacques Folly, délégué au développement économique du commerce. Un groupe de travail piloté par l’Etat a d’ailleurs réuni les associations professionnelles, Genève Tourisme et la direction générale du développement économique pour trouver des parades.  Car ce ne sont pas que les petits magasins qui semblent touchés. Le géant Globus est lui aussi happé par la tendance, il a décidé de fermer son enseigne dans le grand centre commercial de Balexert en biffant 60 emplois. Là aussi, le tourisme d’achet et l’e-commerce sont «dénoncés» et les pertes se chiffrent en millions. En Valais, le commerce de détail souffre aussi énormément.

Même le géant Migros a dû changer son modèle d’affaires en développant cette année  des magasins de proximité plus réduits avec un premier test à Vionnaz. En cas de succès, celui-ci pourrait faire des émules. Alors pour finir sur une note plus neutre, Guy-Philippe Bolay, directeur adjoint à la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI), nous a donné les toutes dernières tendances vaudoises: «La situation des affaires des détaillants vaudois s’est légèrement dégradée au cours du mois d’avril. Mais bien que jugée négative par 29% d’entre eux, la majorité restante la juge satisfaisante (55%), voire bonne (16%). Le commerce de détail continue en effet de bénéficier d’un franc toujours plus faible face à l’euro et de la bonne conjoncture économique en Suisse, comme à l’étranger.» 

En chiffres

  • 10% Le pourcentage des achats effectués en ligne aujourd’hui.
  • 40% Le pourcentage de ces achats en ligne prévus dans dix ans.