Florian Teuteberg, 43 ans
Cofondateur et CEO Digitec Galaxus, Zurich

Bilanz WiW 2022 Handel&Transport Florian Teuteberg, Mitgründer

Florian Teuteberg s’est implanté en Allemagne et en Autriche. Pour 2022, d’autres pays sont dans son viseur.

© Linda Pollari
également interessant

Le plus souvent, ce sont des commerçants en ligne étrangers qui envahissent le marché suisse: voir Zalando, Amazon, AliExpress ou Wish. Mais avec Digitec Galaxus, dont il est le CEO, le Zurichois parcourt le chemin inverse. En 2018, le plus grand prestataire d’e-commerce de Suisse s’est implanté en Allemagne, en 2020, il est arrivé en Autriche et en 2022, deux autres pays sont au programme. En ce moment, l’entrepôt de Krefeld (D) est en voie d’agrandissement. Il livre aussi l’Autriche et la frontière néerlandaise n’est pas loin. Florian Teuteberg entend devenir un acteur européen de l’e-commerce et cela devrait passer par une offre et un service qui se démarquent de ceux de la concurrence.

Florian Teuteberg s’est lancé en 2001 avec Oliver Herren, désormais Chief Innovation Officer, et l’actuel conseiller national PLR Marcel Dobler, qui a quitté l’entreprise en 2014. Gamers assidus, ils ont eu l’idée de se procurer à bas prix à l’étranger des pièces de PC et de les vendre ici. Il en est né un modèle d’affaires. L’année même de la fondation, les jeunes entrepreneurs ont réalisé un chiffre d’affaires de 4 millions de francs. Initialement axée sur les PC, la boutique en ligne a élargi son offre et fini par attirer l’attention de Migros. Or Digitec traversait alors une phase critique, parce qu’elle s’était rénovée de fond en comble au moment où la concurrence se faisait de plus en plus agressive. «On était limite. Le chiffre d’affaires et la profitabilité reculaient légèrement.»

L’ingénieur mécanicien a cependant su réagir, puisque au printemps 2012 Digitec a lancé le commerce en ligne Galaxus, qui proposait un assortiment beaucoup plus étendu que la simple électronique aux marges toujours plus minces de Digitec. Peu après, Migros est arrivée, prenant une part de 70%. Grâce à ce renfort, Florian Teuteberg a encore musclé l’entreprise, qui reste leader en Suisse. En 2020, Digitec Galaxus et ses 2800 salariés ont réalisé un chiffre d’affaires de 1,8 milliard et, malgré cette forte croissance, la société est redevenue bénéficiaire.


Dieter Vranckx, 48 ans
CEO Swiss, Kloten

SCHWEIZ DIETER VRANCKX SWISS CEO

Dieter Vranckx, aux commandes de Swiss depuis janvier 2021, doit gérer l’une des pires crises pour le secteur du voyage.

© Gaetan Bally

La crise qui attendait Dieter Vranckx à son arrivée chez Swiss en janvier 2021 n’aurait pas pu être pire: le covid, les restrictions de voyage dans beaucoup de pays et le confinement de la population ont si gravement affecté l’industrie du transport aérien que, en comparaison, l’éruption volcanique en Islande en 2010 fait figure de plaisanterie. La pandémie a creusé des gouffres dans les résultats, la Confédération a cautionné un volume de crédits inédit pour atténuer la crise, la société mère Lufthansa a même été mortifiée par l’obligation d’accepter une participation de l’Etat.

Dieter Vranckx a réagi, introduit le temps partiel et, après des années de croissance, il a entrepris un redimensionnement de la compagnie, qui s’accompagne aussi d’une suppression de 1700 postes et se traduit dans un premier temps par 780 licenciements (Swiss a dernièrement corrigé ce nombre à 550). Un programme d’économies est désormais censé éliminer durablement un paquet de coûts d’un demi-milliard, car Swiss table sur un recul durable d’un cinquième de la demande.

Il y a peu, Swiss a de nouveau enregistré un petit bénéfice trimestriel et les lucratifs long-courriers reprennent peu à peu. La compagnie s’est mise à rembourser ses crédits bancaires, ce qui est bon signe. Désormais, Dieter Vranckx doit aussi prouver qu’il s’y connaît en stratégie. Car on ne sait pas encore grand-chose de ses relations avec la compagnie sœur Edelweiss, dans les activités de vols de vacances où Swiss braconne de plus en plus. Et la nouvelle classe Premium Economy doit encore être introduite et vendue comme la nouvelle machine à rendement que Swiss espère. Il y a donc du pain sur la planche pour ce Belgo-Suisse, qui habite les rives du lac de Zurich avec son épouse et ses deux enfants. Au fil de sa carrière précédente chez Lufthansa, qui l’a mené deux fois en Asie et en Amérique du Nord, puis comme CEO chez Brussels Airlines, il a en tout cas su convaincre sa direction générale.


Philipp Wyss, 55 ans
CEO Coop, Bâle

SCHWEIZ PHILIPP WYSS COOP

Philipp Wyss connaît parfaitement le fonctionnement de Coop; il y travaille depuis près de vingt-cinq ans.

© Gaetan Bally

Après des apprentissages de boucher et d’employé de commerce, Philipp Wyss est entré chez Coop il y a près d’un quart de siècle et en est le CEO depuis mai 2021. Il y a eu un grand roque à la tête du groupe: Hansueli Loosli a quitté son poste de président au bout de dix ans, le CEO Joos Sutter l’a remplacé et son adjoint a été appelé à la direction du groupe. Une nouvelle promotion au sein de l’entreprise pour le Lucernois. L’homme avait entamé sa carrière auprès de la concurrence: Product Manager à la Fédération des coopératives Migros, avant de passer chez Coop et de devenir le manager du département viande, poisson et produits convenience frais. En 2008, il est devenu directeur du département, puis chef des ventes de la région Suisse centrale-Zurich. Un an plus tard, sous la houlette de Hansueli Loosli, il passait à la direction générale et y gagnait l’estime générale.

Quand on lui demande pourquoi Philipp Wyss a été son premier choix pour le remplacer, Joos Sutter souligne son historique de performances et le décrit comme le successeur parfait: «Il a une vaste expérience et connaît le fonctionnement de Coop sur le bout des doigts.» Par ailleurs, sa volonté d’apporter du changement et son besoin d’améliorer certaines choses parlent pour lui. Le fait est que Philipp Wyss ne pourra pas se tourner les pouces car, avec la pandémie, le grand fournisseur de produits frais Transgourmet, deuxième pilier de Coop avec le commerce de détail, a souffert. Et les discounters allemands Aldi et Lidl poursuivent leur expansion, contrariant de plus en plus Migros et Coop.

Philipp Wyss voit aussi un besoin de rattrapage dans le commerce en ligne, où la filiale de Migros Digitec Galaxus est leader. En revanche, dans l’activité de base, celle des supermarchés, Coop pourrait connaître une meilleure croissance que celle de Migros. Philipp Wyss entend renforcer la position de Coop en tant que pionnière du bio et vise les 1000 surfaces de vente en Suisse (il y en a actuellement 944). Son but: se rapprocher encore plus des clients, en ville et dans les agglomérations, mais aussi dans les villages de montagne.


Jessica Anderen, 51 ans
CEO Ikea Suisse, Spreitenbach AG

SCHWEIZ JESSICA ANDEREN

Après un résultat record, Jessica Anderen a gratifié les collaborateurs d’un 14e salaire.

© René Ruis

La Suédoise Jessica Anderen dirige à Spreitenbach les activités suisses d’Ikea depuis l’automne 2019. Elle n’a guère eu de temps pour se mettre à la tâche, puisque la pandémie est survenue peu après et qu’elle a été vite confrontée aux confinements successifs et aux restrictions dans les chaînes de livraison. Elle avait accumulé de l’expérience au sein du géant du meuble dans des positions dirigeantes en Chine, à Hongkong, à Singapour, en Inde et en Australie. Un atout pour faire traverser les turbulences de la crise sanitaire aux activités helvétiques. Au terme du dernier exercice, qui s’achevait à fin août 2021, Ikea Suisse a atteint un résultat record avec un chiffre d’affaires de 1,227 milliard de francs. En guise de remerciement aux collaborateurs, Jessica Anderen leur a payé un 14e mois de salaire. La nouvelle CEO a également attiré l’attention avec certaines déclarations de nature politique: c’est ainsi qu’elle s’est prononcée pour le congé paternité et, récemment, en faveur du mariage pour tous.


Roland Brack, 49 ans
Propriétaire et président Competec, Mägenwil AG

Bilanz 12/21 Reichste Händler Roland Brack Höhle der Löwen au

Roland Brack est connu des téléspectateurs pour sa participation à l’émission «Die Höhle der Löwen Schweiz».

© Andrea Camen

Ces derniers temps, Roland Brack a attiré l’attention avec ses vestons scintillants. Ils font partie de sa panoplie vestimentaire d’investisseur dans l’émission télévisée Die Höhle der Löwen Schweiz, dont c’est la troisième saison, et c’est aussi la troisième fois que les téléspectateurs retrouvent Roland Brack. L’Argovien, fondateur de la plateforme Brack.ch, a construit au fil du temps un joli portefeuille d’investissements dans des start-up: la banque en ligne Neon, la plateforme de location MyCamper ou le fabricant de caleçons durables Flizzer, pour ne citer qu’eux. Dix-huit investissements sont actuellement regroupés dans la société de participations Ziano Ventures de Roland Brack. Les affaires se portent bien aussi avec Competec, le groupe d’entreprises dont font partie Brack.ch et le grossiste Alltron. En 2020, il a franchi pour la première fois la barre du milliard de chiffre d’affaires et devrait encore connaître une belle croissance.


Roberto Cirillo, 50 ans
Directeur général La Poste, Berne

wtto04030

Le dirigeant de La Poste, Roberto Cirillo, a repris plusieurs entreprises digitales.

© Tomas Wüthrich

En près de trois ans, Roberto Cirillo a pas mal restructuré. Il a notamment réuni les logistiques des lettres et des colis. Son objectif: réduire la dépendance d’une activité courrier qui s’érode et se concentrer davantage sur un marché des colis en constante croissance. Mais cela ne suffit toujours pas. L’avenir est au numérique, se dit à l’évidence Roberto Cirillo. C’est ainsi qu’il va faire des emplettes. Le groupe parapublic a dernièrement repris plusieurs entreprises: Klara Business (logiciel de comptabilité), Livesystems (publicité numérique), sans parler de Tresorit (échange de données), de Swiss Sign Group (éditeur d’une e-ID suisse) et de l’app d’achat Bring. Le chef des postiers s’attire ainsi les critiques du monde politique et de celui des entreprises. Mais ce néophyte de La Poste, qui fut conseiller chez McKinsey et actif avant tout en France et en Grande-Bretagne, tient mordicus à sa stratégie et souligne que La Poste n’achète pas à tout hasard mais réalise des investissements ciblés sur les marchés clés de la logistique et de la communication. L’idée étant de continuer à développer ainsi les services de base.


Vincent Ducrot, 59 ans
Directeur général CFF, Berne

SCHWEIZ SBB VINCENT DUCROT

Avec Vincent Ducrot, terminés les grands plans à long terme de son prédécesseur Andreas Meyer.

© CHRISTIAN BEUTLER

Le patron des chemins de fer suisses a actionné l’aiguillage: Vincent Ducrot ne veut plus rien savoir des grands plans à long terme de son prédécesseur Andreas Meyer. Il vient d’enterrer un projet de prestige: les CFF entendaient combiner sur une seule plateforme diverses offres de mobilité et avaient entamé une coopération avec la start-up Axon Vibe. On a appris en octobre que c’était terminé. «Les CFF se concentrent désormais sur leur activité de base, le train», a déclaré le porte-parole Reto Schärli. Et vu que la pandémie a condamné les CFF à économiser, l’entreprise réoriente ses projets d’innovation sur le premier et le dernier kilomètre. Vincent Ducrot tient donc la promesse que ce cheminot de la vieille école avait faite à son entrée en fonction: remettre les CFF sur les rails.


Nina Müller, 52 ans
CEO Jelmoli, Zurich

BILANZ Bildarchiv Pressebilder Diverse Nina Müller Mueller Jelm

Nina Müller mène actuellement un combat sur deux fronts.

© Lea Meienberg

La patronne de Jelmoli mène actuellement le combat sur deux fronts. Sur la Bahnhofstrasse zurichoise, le grand magasin de luxe affronte une forte concurrence. Les nouveaux propriétaires de Globus misent activement sur le même créneau et ont transformé de manière ostensible leur enseigne phare. Il semble clair qu’ils entendent chasser Jelmoli de là. L’autre défi pour l’Autrichienne, qui a travaillé auparavant chez Swarowski et pour le marchand de montres et bijoux Christ, se nomme le Circle. Jelmoli exploite une filiale à l’aéroport, à Kloten, mais le complexe commercial n’a pas encore pris son envol, l’affluence de clients restant au-dessous des attentes. Le problème devrait se résoudre quand le transport aérien retrouvera des ailes, que Zurich verra atterrir davantage de touristes et de voyageurs d’affaires et que les conférences reprendront. Patience! A la Bahnhofstrasse, en revanche, Nina Müller ne peut se plaindre de la désaffection de la clientèle. Et elle compte bien s’y illustrer prochainement sur des thèmes tels que la durabilité et la consommation responsable.


Gary Nagle, 52 ans
CEO Glencore, Baar ZG

Bilanz WiW 2022 Handel&Transport Gary Nagle CEO Glencore ©Matth

Gary Nagle n’envisage pas de restructuration radicale.

© Bild: Matthias Jurt (Baar, 10. S

Glencore engrange certes toujours plus de revenus avec les matières premières destinées à la téléphonie mobile et à l’électromobilité, mais son nouveau CEO, Gary Nagle, n’envisage pas une restructuration radicale. Le groupe bénéficie encore de la reprise conjoncturelle postérieure à la crise sanitaire et des prix élevés des matières premières. Le cours de l’action a déjà plus que doublé depuis le plongeon de mars 2020. Gary Nagle souhaite donner un coup de pinceau vert à Glencore et proclame: «L’environnement est plus important que le profit.» Reste qu’il doit avant tout fournir du profit et des dividendes à ses actionnaires. Après Qatar Holding, son prédécesseur Ivan Glasenberg reste le deuxième actionnaire en importance. Plusieurs choses lient les deux hommes dans leurs parcours: ils sont tous deux Sud-Africains, ils ont fait les mêmes études dans la même université et, avant de devenir CEO, ils ont travaillé dans le charbon au sein de la société.


Fabrice Zumbrunnen, 52 ans
Directeur général Migros, Zurich

gods01002

Fabrice Zumbrunnen n’a pas gagné de parts de marché avec les supermarchés.

© Desirée Good

Le patron neuchâtelois de Migros s’est illustré par un résultat record. Mais pas vraiment dans l’activité de base du groupe. Car, à la différence d’Aldi, de Lidl et du rival historique Coop, Migros n’a pas gagné de parts de marché avec ses supermarchés. Son explication: avec ses grandes surfaces qui se situent plus souvent dans des centres commerciaux, Migros a davantage souffert du premier confinement que les points de vente plus petits. Dans ce secteur, Coop est mieux pourvue. C’est sur ce terrain que Fabrice Zumbrunnen entend désormais rattraper le retard. Reste à voir si la tendance à faire ses emplettes dans de plus petites surfaces se poursuivra en cette deuxième année de pandémie. On le saura au printemps, quand Migros et Coop présenteront leurs résultats. Cela dit, les temples de la consommation ont été plus fréquentés ces derniers temps. Et Migros devance Coop dans le commerce numérique en forte croissance: avec Digitec Galaxus, le groupe possède le plus grand prestataire d’e-commerce et Migros Online devance encore de justesse le chiffre d’affaires de Coop.ch.