Aller au contenu principal
Chedi Luang, un temple bouddhiste très populaire dans le centre historique de Chiang Mai.  © 2018 New York Times News Service

Un long week-end à Chiang Mai

La ville, fondée il y a 700 ans, est aujourd’hui devenue un pôle d’attraction pour les artistes et les designers contemporains. La scène gastronomique et la vie nocturne ne sont pas en reste. Nos bonnes adresses.

Lorsque les touristes partent à la découverte de la Thaïlande du Nord, ils sont avides de marchés nocturnes, d’éléphants, d’artisanat et de temples. Et Chiang Mai, ville historique qui s’étend paresseusement le long de la rivière Ping, fait partie intégrante du programme. Sa population (moins de 200 000 habitants) ne représente qu’une fraction de celle de Bangkok (plus de 8 millions). Cette ville fondée il y a sept cents ans est aujourd’hui devenue un pôle d’attraction pour les artistes et designers contemporains. Grâce à une scène créative exubérante, Chiang Mai permet en un week-end de s’imprégner d’art contemporain, de même que d’acheter du design dernier cri dans de nouvelles boutiques et dans les villages d’artisans.

Côté hébergement, de récents établissements vont du plus frivole au plus chic. La scène gastronomique et la vie nocturne se révèlent passionnantes. D’ambitieux restaurants et un district de bars branchés parachèvent l’offre des gargotes traditionnelles et des étals de street food. Il faut juste faire attention à éviter Chiang Mai en mars et en avril, quand les fermiers brûlent les broussailles et que l’air est rempli de fumée et de cendres.

Vendredi

17h00 Plongée dans l’artisanat
La rue de Charoenrat est dédiée à l’artisanat. Au café-galerie Woo, le royaume du Siam rencontre Soho. Ce concept store fait – littéralement – fleurir la créativité thaïlandaise, en multipliant les plantes et les arrangements floraux. La galerie d’art à l’étage expose peintures et sculptures, tandis que la boutique propose des articles qui vont du baume à lèvres à l’extrait de riz aux céramiques minimalistes, en passant par des robes kaléidoscopiques hippie chic et un crâne couvert de petits coquillages blancs qui rendrait Damien Hirst jaloux.

Au bout de la rue, le Meeting Room Art Cafe accumule les imprimés et les toiles d’artistes locaux, tandis que l’élégant Sop Moei Arts vend des foulards et des tentures murales brodées.

19h00 Coucher de soleil sur la rivière
Située sur la rivière Ping, la terrasse du bar On the Ping à l’hôtel Sala Lanna se révèle l’endroit le plus élégant pour prendre un verre au coucher du soleil. Avec sa piscine, ses lanternes, ses auvents et ses divans tous de couleur blanche, le lieu rappelle Saint-Tropez.

A la carte, des cocktails maison comme le Ping River (vodka, litchi, citronnelle et lime; 290 bahts, soit environ 8,70 francs), des bières artisanales thaïlandaises et même du rosé thaï.

21h00  Décalé et romantique
On croirait que c’est un lord anglais excentrique qui tient le restaurant Ginger & Kafe. Qui d’autre oserait ajouter des tranches de concombre et des toasts au satay de poulet? Qui d’autre proposerait des scones dans la carte des desserts? Et qui d’autre qu’un aristocrate londonien aurait décoré l’espace avec tant de lustres, fauteuils, tapis orientaux, coffres laqués et bougies à la lumière tremblotante? Quoi qu’il en soit, Ginger & Kafe est un endroit romantique et décalé pour découvrir de nouvelles saveurs, ou simplement mettre vos papilles à l’épreuve. Parmi les plats: bœuf braisé dans une réduction de lime-coco, côtes de porc en sauce tamarin, ou encore curry rouge avec magret de canard et fruits tropicaux. (Un repas à trois plats pour deux personnes coûte environ 1800 bahts, soit 55 francs.)

Ensuite, rendez-vous à côté, au House Lounge, pour un autre voyage dans le temps sous l’œil des singes et des oiseaux qui batifolent sur le papier peint. Végétation et fleurs créent une ambiance de lodge perdu dans la jungle. Le Cordial Colonial (scotch, calvados Papidoux, Grand Marnier, liqueur de thym; 350 bahts) est un must. Pour être dans l’ambiance, apportez votre casque colonial.

Samedi

Wat Umong, un lieu boisé plein de temples et de statues, est surtout connu pour sa pagode en pierre datant du XIVe siècle. © 2018 New York Times News Service

10h00  Sagesse au temple
D’abord la mauvaise nouvelle: «Toutes les choses naissent, vivent et disparaissent.» Puis la bonne: «Le détachement est la meilleure voie pour le bien-être.» Ce ne sont là que quelques-unes des maximes ornant les arbres de Wat Umong, une étendue boisée pleine de temples, pavillons, statues, fontaines et lacs. Fondé à la fin du XIIIe siècle et abritant encore de nombreux moines bouddhistes, le lieu est surtout connu pour sa pagode en pierre du XIVe siècle en forme de cloche.

Le couvent est accessible par des escaliers sculptés flanqués de dragons de pierre. Des cavernes rocheuses sont remplies de statues de bouddhas et de figurines abritées dans les niches et alcôves. Evitez la chaleur en arrivant tôt le matin. Vous ferez une promenade méditative en écoutant les oiseaux, les coqs, les chants et les cloches.

12h00  Création locale
L’atmosphère passe de la contemplation à l’effervescence créative dans la clairière voisine où se trouve le village artisanal de Baan Kang Wat. Des sentiers vous mènent à des cafés, salons de thé, stands de jus de fruits, boutiques branchées et ateliers d’artisanat qui vendent de tout, des articles en papier faits main aux vêtements pour bébés.

Suivez le son des coups de marteau jusqu’à la boutique Saprang. La créatrice de bijoux primée Supat Suwannasing fabrique des boucles d’oreilles et des bracelets délicats qui utilisent souvent des motifs naturels comme des feuilles et des raisins. Le bois et la céramique sont les matériaux de prédilection chez BooKoo Studio, qui vend des créations simples et lisses comme des bols et des planches à découper.

14h00  Le porc en fête
Votre longue quête pour goûter de la soupe de grenouille épicée et des œufs de fourmis sautés prend fin au restaurant Huen Muan Jai, au milieu d’un hameau de maisons rustiques en bois et de pavillons. Les amateurs de viande seront également comblés, avec des plats de porc enveloppé dans des feuilles de bananier, jeté dans une soupe de fruits de jaquier, sauté avec des champignons, enrobé dans une omelette ou cuit jusqu’à devenir tendre comme du coton dans un curry rouge.

Les viandes et les poissons les plus courants font également leur apparition dans des spécialités locales comme le soja khao – un mélange de poulet ou de bœuf avec des nouilles bouillies et frites, dans un bouillon de noix de coco sucrée. Les desserts combinent le lait de coco avec des bananes ou du maïs et du riz gluant pour créer un effet d’ambroisie. Deux personnes peuvent faire un repas copieux pour 600 bahts.

Au restaurant Huen Muan Jai, on peut déguster des œufs de fourmis sautés et de la soupe de grenouille! © 2018 New York Times News Service

16h00  Visite de galeries
On peut difficilement faire deux pas dans les rues secondaires autour de Nimmanhaemin Road sans tomber sur un atelier d’art ou de design. Des artistes locaux sont derrière tous les espaces d’Art Mai? Gallery Hotel, des chambres thématiques au recueil de recettes du restaurant. La galerie d’art au rez-de-chaussée présente un très bon choix d’œuvres, avec des biographies d’artistes en anglais. La boutique vend des dessins et des toiles, ainsi que des foulards et des sacs créés par des artistes.

Plus au sud, la Galerie Seescape présente des expositions temporaires, ainsi le travail du fondateur Torlarp Larpjaroensook qui peint des abstractions rêveuses et fabrique d’amusants robots. Jojo Kobe est spécialisé dans les sérigraphies d’artistes comme Kittisak Chaimoonta (avec ses figures humanoïdes surréelles) et Thaïwijit Puengkasemsomboon (un fanatique d’abstraction colorée). Plus loin, une licorne blanche annonce le Chiang Mai University Art Center. Une structure en béton et en verre d’inspiration Le Corbusier abrite des galeries aux lignes Bauhaus moderniste. On peut y voir des expositions d’art contemporain en compagnie d’étonnamment peu de visiteurs.

19h00  Festival de fruits de mer
Comment voulez-vous votre graisse de crabe? Si vous avez répondu: «En sauce brune chaude sur un ravioli croustillant à la chair de crabe avec du chou local mariné, s’il vous plaît», alors vous vous sentirez merveilleusement bien au Blackitch Artisan Kitchen.

Autre joyau caché de Nimmanhaemin Road, ce restaurant culte n’est pas tapageur (simple sol en ciment et tables en tuiles), pas romantique (éclairage lumineux), pas grand (à peine une douzaine de couverts), pas facile à réserver (vous devez réserver la veille du dîner), pas facile à trouver (un étage au-dessus du niveau de la rue et presque non marqué) et pas riche en choix (le menu du soir, à 1800 bahts, est la seule possibilité). Mais les plats inventifs à base de fruits de mer sont exceptionnels. Poisson-chat rôti et arrosé d’un jus concocté à partir de la tête et de la queue de l’animal sur une purée veloutée et sucrée de graines de lotus frites dans l’huile de noix de coco. Ou une pièce de maquereau dans un manteau d’algues et garni d’œufs de saumon sur un cube de riz yuzu fumé, farci de crevettes de rivière et de pétales roses. Quel que soit le caprice du chef, le résultat sera précis, audacieux et exquis.

Dans le village de Baan Kang Wat règne une effervescence créatrice, avec une multitude de boutiques branchées et d'ateliers d'artisanat.  © 2018 New York Times News Service

22h00  Bières et botanique
Pas loin de Nimmanhaemin Road, vous pouvez parcourir le monde en 80 bières – davantage, en fait – au Beer Lab. Convivial et en plein air, le bar attire les étudiants, les travailleurs d’ONG, les expatriés et les jeunes actifs locaux avec son menu de bières des Etats-Unis, d’Australie, d’Europe, d’Asie et d’ailleurs.
Parmi les favorites, la bière Hitachino Nest Red Rice Ale du Japon (310 bahts) et la bière Tropical Wheat de Chiang Mai (220 bahts). Ou vous pouvez planer au-dessus de la ville au bar installé sur le toit de l’hôtel Yayee. Suspendues dans l’air, les plantes finissent parfois aussi dans votre verre grâce à des cocktails aux infusions botaniques (260 bahts) comme le Flyboy d’Ananda (alcool de genièvre, aloe vera, thym et raisin blanc).

Dimanche
11h00  Art contemporain
Vous vous êtes sûrement déjà posé la question: que se passerait-il si Hieronymus Bosch se réincarnait en vendeur de LSD, avec une obsession pour la pop culture de la Thaïlande du XXIe siècle? Il pourrait créer quelque chose qui ressemble à Super(M)art Bangkok Survivor de l’artiste Navin Rawanchaikul. Sortie d’une bande dessinée, cette immense peinture murale, frénétique, fébrile et fiévreuse explose de personnages thaïs débauchés, réels et inventés, dont un bouddha kalachnikov à la main, des moines tatoués en train de vomir, des éléphants, des vespas, les frères siamois Chang et Eng Bunker.

L’œuvre est l’attraction phare du Maiiam, un musée international qui a ouvert ses portes en 2016. La collection permanente d’art contemporain thaïlandais comprend également les sculptures hyperréalistes d’Araya Rasdjarmrearnsook et les peintures des visages grimaçants de Chatchai Puipia. Maiiam est à environ 30 minutes de la ville en taxi ou en covoiturage. Entrée: 150 bahts.


Se loger: 

  • A L’Hôtel Room No. 7, certaines des 21 chambres et les parties communes sont déclinées sur le thème de la moto et des vespas d’époque. Double à partir de 1250 bahts.
  • Option luxueuse et élégante, l’Hôtel des Artistes Ping Silhouette offre un puzzle d’angles droits et de teintes sombres avec piscine, spa, salon de thé, restaurant et grand jardin à l’arrière vers la rivière. Ping. Double à partir de 4000 bahts.

S'y rendre: 

Depuis Bangkok, Chiang Mai est facilement accessible en train, bus ou avion. Plusieurs compagnies aériennes nationales et internationales desservent l’aéroport de Chiang Mai.