Aller au contenu principal
Movers unloading a moving van © iStockphoto

Ca déménage chez les transporteurs romands. Qui sera le prochain à vendre ?

La société genevoise Natural Le Coultre (NLC) vient d’être vendue au groupe français André Chenue. Même si l’activité reprise concerne davantage les expositions et l’art que le déménagement pur, l’information a été citée par plusieurs médias en raison du nom du vendeur. Il s’agit en effet du marchand d’art Yves Bouvier dont les ennuis judiciaires ne cessent de faire l’actualité. Reste que NLC avait été fondée en 1859 avant d’être acquise dans les années 1980 par la famille Bouvier, puis vendue par Yves qui n’a pas d’enfants. On peut se poser la question de la destinée des autres groupes romands de déménagement, souvent séculaires.

Le marché du déménagement romand a véritablement éclaté depuis plusieurs années avec l’apparition de multiples minuscules entités. Ce qui pourrait augurer un jour d’une consolidation? La société Pélichet, par exemple, a été vendue au groupe britannique AGS par la cinquième génération, soit Yann et Alexandra Borgstedt. En revanche, des entreprises comme Balestrafic, M. Ducret ou Harsch semblent pour leur part avoir des descendants à l’interne et ne pas être pressées par le temps. Elles devraient donc voir l’avenir sereinement. Qu’en est-il de celles qui n’ont pas de plan de succession et dont le marché est attaqué de toutes parts?