Aller au contenu principal
La cérémonie officielle de signature avec l’entreprise chinoise a eu lieu à Zurich le 9 décembre. ©  Actions Image PhotoTRS©Lindholm Fotografie.png

La start-up TRS dessine son avenir vers l’Asie

La société active dans le recyclage de pneus s’apprête à boucler son dernier tour de financement de 8 millions. Le cash-flow positif est prévu pour 2019.

Tyre recycling solutions (TRS), la start-up vaudoise qui a créé une nouvelle technologie prometteuse capable de transformer des pneus usagés en matière première, a passé un partenariat stratégique avec Longjiang Environmental Protection Group, un groupe chinois actif dans l’environnement et le recyclage en Asie.

Staffan Ahlgren, cofondateur et directeur de TRS, se réjouit de cet accord signé le 9 décembre dernier à Zurich devant un parterre de personnalités. «Grâce à cette alliance stratégique, une première usine verra le jour en Chine en 2019 et cette présence dans l’Empire du Milieu nous ouvrira les portes de l’Asie, notamment la Corée du Sud, le Japon et Taïwan.» Parallèlement, TRS s’apprête à boucler son dernier tour de financement de 8 millions en Chine et au Moyen-Orient. «Au total, TRS aura levé 18 millions depuis 2013, un capital suffisant pour nous mener jusqu’à fin 2019, date à laquelle, nous pourrons compter sur un cash-flow positif.» D’ici là, TRS aura quitté ses bureaux provisoires de Tolochenaz, installés dans des portacabines, pour des locaux plus spacieux dans les environs de Morges dotés d’un laboratoire de recherche et développement.

De plus, une première usine de production de Tyrexol – la poudre issue du recyclage des pneus – sera établie grâce à une joint-venture à l’étranger. TRS apportera la technologie et la commercialisation du Tyrexol alors que le partenaire recycleur gérera l’usine et investira les 9 millions nécessaires à l’équipement et aux machines conçues par TRS. «La première usine devrait voir le jour en 2018 en Allemagne, en France ou en Angleterre et pourra recycler 15 tonnes de pneus par an qui seront transformés en 10,9 tonnes de Tyrexol.»

Cette nouvelle matière première est actuellement en phase finale de test dans différents domaines d’activité tels que l’isolation des toits, des produits dans l’automobile ou la fabrication de pneus. D’après le directeur, les retours s’annoncent d’ores et déjà très positifs. La deuxième usine, spécialisée dans le recyclage de pneus de camions, verra le jour dans les environs de Moscou vers la fin de l’année 2018