Aller au contenu principal
L’un des nouveaux actionnaires estime que Jacot Chocolatier produit «le meilleur chocolat du monde». © istockphoto

Le fleuron neuchâtelois du chocolat sauvé de la faillite

Jacot Chocolatier, entreprise fondée en 1949, a été sauvé in extremis de la faillite par un trio d’actionnaires, dont Daniel Knöpfel, président de Facchinetti Groupe.

Vingt-quatre heures après que la justice a prononcé sa faillite, le 25 juin dernier, Jacot Chocolatier, le fleuron neuchâtelois du chocolat, basé à Noiraigue, a été sauvé par trois actionnaires, nous apprend le quotidien Arcinfo. Trois personnalités neuchâteloises participeront à cette reprise en investissant à parts égales (les montants n’ont pas été communiqués). Il s’agit de deux anciens actionnaires, Andreas Schalch et Nicolas Joye, ainsi qu’un nouveau venu, actif dans un tout autre domaine puisqu’il s’agit de Daniel Knöpfel, président de Facchinetti Groupe (auto, moto, carrosserie). Ce dernier précise qu’il investit à titre privé dans Jacot Chocolatier, qui produit selon lui «le meilleur chocolat du monde». Il assumera également le rôle de CEO, remplaçant ainsi Nicolas Humair qui avait repris l’entreprise en 2013.

L’ancien CEO reconnaît avoir commis l’erreur d’avoir ouvert une succursale à Aproz, en Valais, en mars 2017. Un pari osé qui a lourdement pesé sur les liquidités de l’entreprise malgré de bonnes ventes à Pâques et à Noël. Nicolas Humair accompagnera la nouvelle équipe pendant la transition. Le plan de sauvetage permettra de sauver une vingtaine d’équivalents plein-temps à Noiraigue, à Fleurier et à Neuchâtel. Seuls trois postes déjà supprimés ont été confirmés. Quant à la boutique d’Aproz, elle fermera définitivement.