Aller au contenu principal
La banque Morval à Genève est l’une des sociétés romandes reprises par un groupe étranger cette année. © Stéphanie Liphardt

Tout le monde veut acheter les PME suisses

Au premier semestre 2018, des entreprises étrangères ont acquis 38% de PME helvétiques de plus qu’à la même période en 2017. Explications.

Elles font peut-être moins parler d’elles que leurs concurrentes européennes, elles n’en restent pas moins sacrément convoitées! Les PME suisses sont en effet très recherchées. Au premier semestre 2018, des entreprises étrangères ont ainsi acheté 38% de PME suisses de plus qu’à la même période en 2017 et, dans l’ensemble, le marché des fusions et acquisitions dans ce segment a connu une forte croissance. Le nombre de transactions a augmenté de 6,4%, selon une étude du cabinet Deloitte.

«Les investissements dans les PME suisses sont très populaires et relativement sûrs. Beaucoup d’entre elles occupent des positions clés dans des marchés de niche et disposent de bons réseaux internationaux. Avec l’affaiblissement du franc suisse, les prix sont également devenus un peu plus accessibles», expliquent les experts de Deloitte. De janvier à juin 2018, ce sont 40 PME suisses qui sont passées en mains étrangères. Pour donner un exemple romand, notons la banque italienne Intesa Sanpaolo qui a repris la banque Morval à Genève.