Aller au contenu principal
Michel Loris-Melikoff, directeur de Baselworld, sauvera-t-il son salon? © Fred Merz/ Lundi 13

Un Baselworld exsangue relance le salon de Genève

Les défections des grandes marques horlogères offrent de belles opportunités aux futurs organisateurs d’un salon à Genève. Destins croisés.

Que ce soit un manque de communication entre l’organisateur de Baselworld (MCH) et les grandes marques horlogères ou une stratégie de la part de celles-ci pour renouveler le genre, l’acte final est bien là. Le salon horloger bâlois vient de perdre toute sa substance, et peut-être même son avenir. Rolex, Patek Philippe ou Chopard ont décidé de quitter le navire et de lancer un salon en avril 2021 à Genève, canton qui se lèche déjà les babines devant un tel festin.

Dernier groupe en date à faire défaut à Baselworld, LVMH, qui a enregistré une baisse de -26% de son activité montres et joaillerie sur ce premier trimestre, vient d’annoncer sa défection. Un nouveau coup dur sachant que LVMH regroupe les marques TAG Heuer, Hublot, Zenith et Bulgari. Les prochains mois vont être très difficiles pour Baselworld et son organisateur qui vont devoir rassurer, séduire et se réinventer pour survivre. De l’autre côté de la Sarine, les grandes marques s’attellent déjà à proposer dans une année un nouvel événement flamboyant. A chacun sa croix.

Inscription à notre Newsletter

The subscription service is currently unavailable. Please check again later.