Aller au contenu principal
Malgré la crise du Covid-19, Mobbot a réussi à convaincre les investisseurs. © S.Schmutz

Mobbot imprime du béton en 3D et lève 2,9 millions

La start-up fribourgeoise lève 2,9 millions de francs pour développer et commercialiser son système révolutionnaire d’imprimante à béton, plus rapide, moins cher et plus écologique, avec l’Allemagne en ligne de mire.

Imprimer en 3D des pièces en béton mesurant jusqu’à 2 mètres et pesant jusqu’à 3 tonnes, le tout grâce à un robot breveté qui peut être déplacé pour produire ces infrastructures directement à leur emplacement final, c’est le concept que propose Mobbot. Les investisseurs y croient puisque la start-up fribourgeoise vient d’annoncer une levée de fonds de 2,9 millions de francs.

«Ce tour de table s’est opéré en deux phases, précise Agnès Petit, fondatrice et CEO dans L’Agefi. Une première étape signée en décembre, avec nos investisseurs et business angels historiques: Mutschler Ventures et Capital Risque Fribourg. Entre mars et avril, Investiere, Swiss Immo Lab, Nest Pensions Fund et quelques autres business angels ont complété cet objectif.»

Cet argent frais permettra notamment à l’entreprise de concrétiser l’industrialisation et la vente de ses services. En renforçant les initiatives commerciales et marketing, d’une part, et en poursuivant les efforts de R&D pour améliorer encore le système et en lui ajoutant des fonctionnalités, d’autre part. La technologie développée par Mobbot permet de produire des pièces jusqu’à 20 fois plus rapidement et pour 40% moins cher qu’avec les méthodes habituelles, comme le coffrage sur chantier ou la préfabrication.

>> Lire aussi: Impression 3D: révolution en attente

«Les délais pour une pièce tombent ainsi de trois à cinq jours à un jour seulement, ajoute Agnès Petit. De plus, notre approche tend à une réduction des émissions de CO2 de presque 30% par élément produit.» Mobbot dispose déjà de deux machines en interne auxquelles viendront prochainement s’ajouter deux machines chez des clients. Déjà présente en Suisse alémanique, la start-up compte attaquer le marché allemand dès 2021.

Parallèlement, deux nouvelles arrivées au conseil d’administration sont annoncées: Sylvie Mutschler, présidente de Mutschler Ventures, et Vincent Bieri, cofondateur de Nexthink. Enfin, l’effectif de neuf collaborateurs devrait s’étoffer.