Aller au contenu principal
Hertz a fait faillite aux Etats-Unis. En Suisse, la flotte a été considérablement réduite.  © istockphoto

Les loueurs de voitures à la croisée des chemins

Les loueurs de voitures romands entrevoient le bout du tunnel.

En faillite aux Etats-Unis, la société Hertz appartient en Suisse au groupe Emil Frey et n’est pas concernée par cette débâcle. Le responsable suisse explique que la flotte de véhicules a été fortement réduite, surtout à l’aéroport de Genève. Mais les clients y sont de retour et Hertz constate l’émergence d’un nouveau business qui cartonne, celui de la location de voitures à long terme par les sociétés qui ne veulent plus acheter de véhicules durant ces temps incertains.

Autre son de cloche, selon Graziella Jayet-Mavilia, Area Manager à Genève pour Europcar, un net ralentissement s’est en effet fait ressentir et la société a aussi dû rapidement adapter sa flotte de véhicules à la suite de la baisse des demandes. «Cependant, nous observons des signes positifs depuis mi-mai. Les demandes émanant de nos partenaires «sociétés» sont encore en phase de décollage, parce que les différentes mesures de protection prises par les entreprises s’agissant des déplacements des collaborateurs sont encore en place.»

En ce qui concerne les particuliers, ils font désormais des demandes à la dernière minute et souhaitent louer des véhicules à la journée ou pour le week-end. Les affaires reviennent.