Aller au contenu principal
Symbios Orthopédie va investir 50 millions de francs dans sa nouvelle usine à Y-Parc (ici sa directrice Juliana Pantet). © S.Liphardt / PME Magazine

Y-Parc: les dessous du deal avec Symbios Orthopédie

Juliana Pantet, la directrice d’Y-Parc, considère que la négociation s’est faite simplement parce que toutes les parties prenantes y trouvaient leur compte.

 

C’est une véritable histoire d’amour qui se confirme entre le groupe Symbios Orthopédie et Y-Parc, à Yverdon-les-Bains. La société, présente depuis 2007 sur le site, vient d’annoncer en fanfare un investissement de 50 millions de francs pour sa nouvelle usine de production de 12 000 m2. Une nouvelle magnifique qui permettra de doubler les emplois de 150 à 300 d’ici à cinq ans pour cette entreprise suisse de technologie médicale, leader dans les implants orthopédiques sur mesure pour la hanche et le genou. La construction devrait démarrer au mois de septembre 2020 pour se terminer à la fin de l’année 2021.

Le projet prévoit une entrée en fonction durant le premier trimestre 2022, puis les 150 personnes actuellement employées, dont la majorité vit dans la région du Nord vaudois, seront transférées sur le nouveau site en même temps que les activités de production, pour la fin 2022. Juliana Pantet, directrice d’Y-Parc Swiss Technopole nous a dévoilé quelques dessous du deal: «La négociation s’est faite simplement parce qu’il était clair qu’il s’agissait d’une belle opportunité pour toutes les parties prenantes. Grâce au rôle de facilitateur d’Y-Parc, mettant en lien projets porteurs et investisseurs, Symbios pourra jouir d’une usine de production sur mesure à ses besoins spécifiques, alors qu’elle ne possédait pas forcément le financement propre ni les connaissances particulières des régulations locales.»

Concrètement, Symbios restera locataire de la nouvelle usine. «De façon générale, on démontre qu’Y-Parc offre la possibilité à ses résidents de pérenniser leurs entreprises dans nos 52 hectares, même en période de forte croissance», conclut la directrice.