Magma Learning est une start-up vaudoise développant une plateforme d’apprentissage personnalisé pour les PME. Après lui avoir octroyé au début de 2020 une bourse Digital Grant, la Fondation pour l’innovation technologique (FIT) a choisi de renouveler son soutien avec un prêt de 50 000 francs. Une aide qui pourra participer à l’éducation de nombreux employés en Suisse romande en renforçant l’impact des programmes de formation dans les entreprises et les institutions.

Maxime Gabella, le fondateur de la société sise à l’EPFL, revient sur la genèse de son projet: «J’ai commencé à réfléchir au concept au printemps 2019 et j’ai rejoint le Swiss EdTech Collider à l’EPFL. J’ai ensuite officiellement fondé Magma Learning en janvier 2020. Nous sommes aujourd’hui une dizaine de personnes et travaillons en général de manière délocalisée, notamment avec ma partenaire Leïla Haegel, une physicienne qui a contribué à la découverte des ondes gravitationnelles.»

Tests à l’EPFL et à l’EHL

Maxime Gabella précise son principe d’apprentissage basé sur les algorithmes. «L’espèce humaine se distingue par sa large capacité d’apprentissage. Or nous savons maintenant reproduire ce phénomène artificiellement avec des algorithmes (le machine learning, ndlr). Loin d’en être effrayé, j’y vois une fantastique opportunité pour élever encore nos capacités.» Concrètement, à partir du matériel de formation utilisé en entreprise, les algorithmes génèrent automatiquement du contenu de micro-apprentissage sous la forme de questions, d’exercices ou de résumés.

Anzeige

En fonction de leurs interactions avec la plateforme, les employés reçoivent un contenu de formation personnalisé selon leur niveau de connaissance, leurs besoins et leurs capacités de mémoire. «Nous avons démontré l’efficacité de notre approche par des expériences contrôlées à l’EPFL et à l’Ecole hôtelière de Lausanne», ajoute Maxime Gabella. Les clients de Magma Learning, qui ne donne pas de données chiffrées sur ses ambitions ou ses revenus, sont actifs dans de multiples secteurs, comme les services, la pharma, la construction, les banques, les hôpitaux, les éditeurs, les universités ou encore les ONG, à l’image de la World Intellectual Property Organization.