Février 2020, la ville de Wuhan, épicentre de la pandémie, cherche le meilleur système de purification de l’air pour ses hôpitaux construits à la hâte pour lutter contre le Covid-19. Le choix des autorités chinoises se porte alors sur la technologie finlandaise GENANO par ionisation (filtration électrique), capable de décontaminer l’air des particules fines en suspension et de détruire les microbes et les bactéries collectées jusqu’à la taille nanométrique.

Au même moment, en Suisse, alors que le virus commence à se propager, trois associés négocient avec l’entreprise finlandaise la distribution exclusive de ce système pour notre pays et créent ADD Swiss dans le canton de Neuchâtel. «L’air intérieur peut être 5 à 30 fois plus pollué que l’air extérieur, explique Jérôme La Rosa, cofondateur. Pour nous, il était évident que cette crise allait générer de nouveaux besoins de purification de l’air dans les bureaux. Nous avons foncé car ce système est tout simplement le plus efficace du marché.»

Il est vrai que le temps du retour au bureau arrivera et avec lui, la nécessité d’offrir aux collaborateurs une sécurité sanitaire accrue, mais à quel prix? «Se doter d’un système de purification d’air ne doit pas être considéré comme un coût mais plutôt comme une économie. A partir de 250 francs par mois, il est possible de louer une machine qui contribuera à rassurer les employés et à diminuer drastiquement l’absentéisme, covid ou non». Conçues pour le monde médical, ces installations pourraient rapidement conquérir de nouveaux marchés, aussi bien publics que privés.

Anzeige