Aller au contenu principal
Après la neige, c’est au tour des narcisses de couvrir de blancheur les prairies. © M.Rion

A la découverte des sentiers des narcisses

Sur les hauteurs de Montreux, la star du mois de mai est bel et bien cette fleur du printemps surnommée «le narcisse des poètes».

C’est la fleur emblématique de Montreux et des hauts de la Riviera vaudoise. Un patrimoine botanique qui a connu son apogée à la Belle Epoque, durant laquelle la floraison des narcisses au mois de mai était une attraction touristique des plus prisées. Au point qu’un «train des narcisses» reliait Bâle aux Avants et que l’on pouvait dénombrer jusqu’à 2000 fleurs par m2! L’écrivain Ernest Hemingway lui-même, qui séjourna à Chamby dans les années 1920 – évoqué dans L’Adieu aux armes –, n’était pas insensible aux charmes du Narcissus poeticus.

Cette année, les premiers narcisses ont commencé à pointer le bout de leur corolle dès le week-end pascal – soit avec une semaine d’avance sur la floraison normale – mais vous pourrez encore admirer cette plante de la famille des amaryllidacées jusqu’à fin mai, voire début juin, selon l’altitude et les versants sur lesquels vous irez vous promener. Car la région offre de jolies balades (six parcours balisés par des panneaux «chemin des narcisses»), accessibles à tout âge et en transports publics.

Avis aux promeneurs: si vous ne résistez pas à l’envie de cueillir des narcisses, contentez-vous d’une poignée, en évitant d’arracher la tige ou de couper les feuilles. Car la jolie fleur de la Riviera, passablement malmenée ces dernières années, est en constante diminution. La beauté des pâturages, des forêts ombragées, des gorges ainsi que le panorama exceptionnel sur les Préalpes et le bassin lémanique sont en eux-mêmes des buts d’excursion.


Tout savoir sur les narcisses de la Riviera

Le site de l’Association pour la sauvegarde et la promotion des narcisses de la Riviera fournit de nombreuses informations et des cartes détaillées des différents parcours balisés (Glion, Les Pléiades, Caux et Mont-Pèlerin, de 1h à 2h30 de marche). A noter qu’en raison du coronavirus, les expéditions guidées, qui ont lieu habituellement de mai à juin, ont été annulées cette année.


Des trains au charme désuet

n/a

Si les plus sportifs peuvent démarrer leur excursion depuis Montreux, les autres privilégieront le funiculaire historique, construit en 1910 et restauré en 2012, qui monte à Sonloup. Autre charmant transport public: le train à crémaillère pour les Rochers-de-Naye, jusqu’à l’arrêt Glion (départ toutes les heures à Montreux). Enfin, le train à vapeur Blonay-Chamby devrait redémarrer dans la première quinzaine de juin.


Petites pauses gourmandes

n/a

A l’heure où les restaurants ouvrent peu à peu leurs portes, signalons quelques bonnes adresses où vous pourrez vous régaler durant votre balade. A savoir le café-restaurant de La Châ, qui sert des plats de la région et l’auberge de La Cergniaulaz, au-dessus du terminus du funiculaire des Avants.

Inscription à notre Newsletter

The subscription service is currently unavailable. Please check again later.