Aller au contenu principal
n/a

Royal Oak

A sa sortie, en 1972, la montre en acier d’Audemars Piguet sera boudée par le marché. Avant de devenir une légende horlogère.

Son nom: une histoire anglaise

Charles II © DR

Le Royal Oak est le nom du chêne dans lequel se cacha en 1651 Charles II, roi d’Angleterre, pour fuir les Têtes-Rondes d’Olivier Cromwell qui cherchaient à abolir le système monarchique. L’arbre donna son nom à plusieurs bâtiments de la Royal Navy. Un nom de navire de guerre pour une machine de guerre.

Son créateur:  Gérald Genta, le «Picasso des montres»

Gérald Genta © AP-Keystone

Il était artiste peintre, mais surtout créateur de plus de 100 000 garde-temps, tous appartenant à la légende de l’histoire horlogère. Décédé en 2011 à l’âge de 80 ans, le Genevois, qui avait commencé sa carrière en 1953, est l’auteur, outre de la Royal Oak, de la Nautilus de Patek Philippe, de l’Omega Constellation et de l’IWC Ingénieur.

Sa date: 1971, la folle nuit de la Royal Oak

La veille du Salon de l’horlogerie de Bâle, Georges Golay, patron d’Audemars Piguet, demande à Gérald Genta de lui dessiner une montre sportive mais chic, qui plairait au marché italien.
Après une nuit blanche, le styliste horloger livre le croquis d’un objet octogonal d’un genre totalement nouveau. Une légende est née.

Son inspiration: influence sous-marine

Influence sous-marine © DR

Si son nom est tiré de l’histoire d’Angleterre, son look vient d’une influence plus moderne. L’histoire veut que Gérald Genta se soit inspiré d’un casque de plongée pour dessiner cette montre résolument industrielle avec sa lunette octogonale aux vis apparentes.

Sa matière: du luxe en acier

L’industrie horlogère des années 1970 est en pleine crise: le quartz lamine tout sur son passage et le prix de l’or ne cesse de grimper. En proposant pour la première fois une montre 100% acier, la marque tente le pari. Seul problème: le prix. A sa sortie la Royal Oak coûte 3500 francs, alors que la Rolex Submariner se vend 1000 francs. Elle mettra quatre ans avant de s’imposer sur le marché.

Son ambassadeur: sauvée par le patron de Fiat

Giovanni Agnelli © Getty Images

Michael Schumacher, Arnold Schwarzenegger… La liste est longue des célébrités qui ont fait le succès de la Royal Oak. Mais c’est le patron de Fiat, Giovanni Agnelli, qui, en 1974, va vraiment populariser le modèle en se faisant photographier avec au poignet. Et ainsi contribuer à faire décoller les ventes.