Chef de la Confédération cambodgienne des syndicats, Rong Chhun avait été arrêté en juillet 2020 après avoir accusé le gouvernement d'"irrégularités" lors de la redéfinition en cours de la frontière orientale du pays, et condamné en août 2021 à deux ans de prison.

Ce projet est jugé trop favorable à Hanoï et est accusé d'empiéter sur les terres de certains agriculteurs cambodgiens.

Vendredi une cour d'appel a réduit le peine de Rong Chhun et jugé qu'il était libérable, a déclaré à l'AFP son avocat Sam Sokong.

également interessant

"La peine restante sera suspendue pendant trois ans", a-t-il précisé.

Rong Chhu a été libéré en fin d'après-midi vendredi.

Quatre autres militants, qui avaient été arrêtés lors de manifestations demandant sa libération, vont également être libérés, a précisé son avocat.

Lors de son arrestation, des défenseurs des droits de l'Homme au Cambodge avaient estimé qu'il était pris pour cible dans le cadre de la répression des voix de l'opposition par le Premier ministre Hun Sen.

Rong Chhun a nié les accusations portées contre lui lors de son procès en janvier.

L'opposition accuse depuis longtemps Hun Sen, l'homme fort du pays au pouvoir depuis plus de trois décennies, d'être trop proche du Vietnam, invoquant la question des frontières afin d'attiser le sentiment nationaliste à son encontre.