La première voie a été rétablie à 03h00, la seconde à 05h00. Comme annoncé jeudi et en attendant une stabilisation complète du secteur, les trains circulent à 20 km/h à l'endroit de l'affaissement. Aucun problème n'a été constaté depuis la reprise du trafic, a indiqué vendredi à la mi-journée Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF, contacté par Keystone-ATS.

La capacité de la ligne reste aussi limitée à quatre trains par heure et par sens, soit deux Regioexpress et deux Interregio au lieu de six en temps normal. Les InterCity, qui assurent la liaison directe entre Genève et Lausanne, sont toujours supprimés.

également interessant

Pour accueillir davantage de passagers, les CFF ont renforcé la capacité de certains trains qui relient les deux villes, a relevé M. Schmidt. Il a également rappelé qu'un service de bus restait en service entre Morges et Allaman pour le trafic régional.

Point de la situation lundi

Le travail de stabilisation des voies ferrées va se poursuivre ces prochains jours. Les CFF feront lundi un point de la situation. Ils espèrent que les trains puissent à nouveau circuler mardi à une vitesse habituelle. Un retour complet à la normale n'est toutefois pas prévu avant deux semaines.

Pour mémoire, l'accident est lié au chantier voisin en cours de la société privée Energie 360°. Celle-ci effectuait des travaux pour le percement d'une canalisation à une dizaine de mètres sous les voies pour un projet de réseau d'énergie thermique.

En visite jeudi après-midi sur place, le directeur des CFF Vincent Ducrot n'a pas voulu s'exprimer sur les responsabilités ou non de cette entreprise. "Est-ce la faute à la malchance? Y a-t-il eu une erreur ou des insuffisances dans l'analyse géologique? Nous déterminerons tout ça dans un second temps", avait-il dit.

Vincent Ducrot avait également profité de son déplacement pour exprimer toutes les excuses des CFF à leur clientèle. Il avait ajouté que la compagnie ne manquerait à aucune de ses obligations en matière de remboursements ou dédommagements aux voyageurs.