"Les questions litigieuses ne se sont pas évaporées", déclare Maros Sefcovic dans un entretien diffusé mercredi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia. Si la Suisse veut continuer à accéder au marché intérieur de l'Union européenne (UE), des solutions doivent être trouvées sur les questions en suspens, ajoute-t-il.

Le diplomate slovaque, personne de contact dans l'UE pour la Suisse, cite notamment la reprise dynamique du droit, la question des aides d'État, le règlement des litiges et un mécanisme pour des paiements réguliers pour la cohésion. "Il faut un nouvel élan et un démarrage rapide de la feuille de route", répète-t-il au lendemain de son entrevue à Bruxelles avec le ministre suisse des affaires étrangères Ignazio Cassis.

également interessant

M. Sefcovic attend la feuille de route pour la prochaine réunion, qui aura lieu en marge du Forum économique mondial de Davos en janvier. Le document doit définir comment les questions clés peuvent être résolues, précise-t-il, confirmant ses déclarations de lundi après sa rencontre avec M. Cassis. "L'UE ne veut pas être prise au dépourvu une nouvelle fois".