"Au contraire, les entreprises qui n'adaptent pas leurs activités prennent beaucoup de risques pour le futur", a prévenu le chef du Département fédéral des finances, soulignant que "le capital mondial connaît un important recentrage vers des entreprises plus durables". Le secteur financier helvétique est bien positionné pour soutenir les efforts d'innovation de l'économie réelle, les banques suisses gérant 27% des actifs transfrontaliers à l'échelle mondiale.

également interessant

Président de l'évènement, Patrick Odier a pour sa part souligné l'écart en matière de réchauffement climatique entre les intentions (+1,8°C) et la réalité (+3,0°C), qui risque de déboucher sur une destruction de valeur, mais représente aussi des opportunités à hauteur de 5500 milliards de dollars par an. "C'est la responsabilité fiduciaire du secteur financier de tirer profit de manière adéquate de ces opportunités et d'en évaluer précisément les risques", a déclaré le Genevois.

"Pendant les discussions de la COP26, la finance a clairement été mise au centre des débats, mais la finance à elle seule n'est pas suffisante", a plaidé le banquier. Et de relever qu'en amont, les gouvernements doivent mettre en place le cadre réglementaire et mettre en place des politiques fiscales appropriées, alors que "les entreprises et les consommateurs vont devoir changer respectivement leurs modèles d'affaires et leur comportement".

"Net zéro" non négociable

Patrick Odier appelle l'ensemble du secteur financier à s'engager pour atteindre le "net zéro" à l'horizon 2050 - "une condition non négociable" - en se joignant à une des initiatives mises en place par l'association Swiss Sustainable Finance (SSF) dans le sillage de la COP26, et à publier des "objectifs intermédiaires clairs et transparents" avant la COP27.

Les méthodologies de mesure existent et le président de Building Bridges exhorte les acteurs de la branche à les utiliser de manière systématique d'ici fin 2022, de manière à évaluer l'alignement des portefeuilles de leurs clients avec l'objectif "net zéro".

M. Maurer a fait part de l'intention du Conseil fédéral de travailler avec le secteur financier pour développer une "note climatique" censée représenter correctement l'alignement avec les objectifs de l'accord de Paris sur le climat. "La Suisse sera le premier pays à le faire, démontrant notre primauté dans la finance durable", a claironné le Zurichois.

C'est aussi ce qui a motivé la Confédération à émettre des obligations "vertes", une activité toujours "relativement modeste en Suisse", aux dires du ministre UDC, mais qui a crû au cours des dernières années et devrait amener le secteur privé à étoffer ses propres émissions et ainsi développer ce marché.