Trois groupes de recherche ont mis au jour des approches intéressantes dans le cadre du Programme national de recherche "Covid-19" (PNR 78) du Fonds national suisse (FNS), a indiqué celui-ci jeudi dans un communiqué.

Une large gamme de vaccins présente des avantages dans la lutte contre le virus: cela permet notamment d’augmenter la probabilité d’être mieux armé contre les nouveaux variants et d’améliorer l’accès à la vaccination dans le monde entier. Des méthodes innovantes d’inoculation, par exemple par voie orale ou via des vaporisateurs nasaux, rendent la vaccination encore plus facile.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Les vaccins à base d’ARN messager (ARNm) présentent de multiples défis en matière de production, de stockage et de transport dans l’organisme. L’équipe de Steve Pascolo, immunologue à l’Hôpital universitaire de Zurich, a mis au point un support très prometteur: en plus d’être particulièrement stable et réalisable à moindre coût, il présente aussi de meilleures propriétés lors du transport de l’ARNm dans les cellules.

Parallèlement à la recherche d’un fluide porteur amélioré, Steve Pascolo, pionnier dans la recherche sur l’ARNm, poursuit son travail sur une forme encore plus efficace de vaccin à ARNm.

Spores bactériennes

Cornel Fraefel, virologue à l’Université de Zurich, a une approche tout aussi simple, mais non moins complexe et novatrice dans sa mise en oeuvre. Sa recherche sur les vaccins se fonde sur des spores bactériennes dans lesquelles sont intégrés des fragments du code génétique du SARS-CoV-2 et qui sont capables de générer la production d’antigènes dans le corps humain.

Les spores ont l’avantage d’être remarquablement stables thermiquement et résistantes aux conditions environnementales, si bien qu’elles pourraient être administrées simplement sous forme orale. Les spores bactériennes déjà produites seront inoculées à des souris transgéniques afin de pouvoir observer précisément comment le système immunitaire d’un mammifère y réagit.

Spray nasal

Volker Thiel, de l’Institut de virologie et d’immunologie de l'Université de Berne, effectue des recherches sur une autre forme de vaccin. Avec des chercheurs de la Freie Universität Berlin, de l'Institut Friedrich Loeffler et de l'Université de Genève, il développe un vaccin vivant atténué, c’est-à-dire une forme du virus qui ne rend pas malade, mais qui provoque tout de même une réponse immunitaire.

Il s’agit d’une approche qui a déjà fait ses preuves avec divers vaccins, par exemple celui contre la rougeole. Le potentiel d’un tel vaccin vivant réside dans la protection améliorée qu’il offre contre les mutations virales dangereuses. L’équipe met tout en oeuvre pour conclure la phase de recherche préclinique relative à deux candidats vaccins afin d’ouvrir au final la voie à un vaccin alternatif sûr et peu onéreux.

Le nouveau vaccin pourrait être administré sous forme de vaporisateur nasal et renforcer ainsi les défenses immunitaires au niveau des muqueuses de la cavité nasale, porte d’entrée et lieu de multiplication privilégié du virus. Ces travaux ont fait l'objet de publications dans différentes revues scientifiques.