Cette enquête a révélé que des courtiers chargé des opérations de change au comptant sur certaines devises, agissant au nom des banques sanctionnées, se coordonnaient dans leurs stratégies de négociation, écrit la Commission dans un communiqué.

Elle a également prononcé une sanction financière de 83 millions d'euros à Credit Suisse dans le cadre de la procédure ordinaire.

Bruxelles a clôturé son enquête portant sur l'entente dans le marché des opérations de change ("Forex") au comptant.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Cette dernière a révélé que des courtiers chargés des opérations de change au comptant sur certaines devises, agissant au nom des banques sanctionnées, se coordonnaient dans leurs stratégies de négociation, explique la Commission dans un communiqué.

UBS a bénéficié d'une immunité totale pour avoir révélé l'existence des ententes, précise Bruxelles, évitant une amende de 94 millions d'euros, en vertu de la communication de 2006 sur la clémence. "L'établissement n'a pas écopé de la moindre sanction", a assuré une porte-parole à AWP.

En revanche, Credit Suisse n'ayant pas coopéré dans le cadre des procédures de clémence ou de transaction, l'établissement n'a profité d'aucune des réductions prévues par ces procédures. La Commission lui a toutefois accordé une réduction de 4% car la banque n'est pas tenue pour responsable de tous les aspects de l'affaire.

Dans le détail, l'amende d'UBS est réduite à zéro, tandis que Credit Suisse devra s'acquitter d'un montant de 83,29 millions d'euros. Les amendes de Barclays, RBS et HSBC s'élèvent à respectivement 54,35 millions, 32,42 millions et 174,28 millions.