L'ancien entrepreneur qui dirige Instagram depuis trois ans n'a pas annoncé de modification majeure mais plutôt une série de changements à la marge "pour que les jeunes soient encore mieux protégés sur Instagram".

L'application va notamment empêcher les utilisateurs de mentionner dans leurs publications des adolescents qui ne sont pas abonnés à leur profil. Elle avait déjà rendu les comptes des mineurs privés par défaut quand ils s'inscrivent.

également interessant

Le réseau social va aussi proposer, en mars 2022, des outils pour permettre aux parents de voir combien de temps leurs enfants passent sur l'application et instaurer des limites. Ils auront prochainement accès à un centre d'informations avec des tutoriels et des conseils d'experts.

"Faire une pause"

Autre nouveauté, Instagram lance, sur tous les grands marchés anglophones, l'option "Fais une pause", qui suggérera aux utilisateurs d'arrêter pendant un moment de faire défiler des contenus sur l'appli.

"Des études préliminaires montrent que quand les ados activent ce rappel, plus de 90% le gardent actif ensuite", précise Adam Mosseri dans le communiqué de l'entreprise.

Le patron a aussi annoncé l'apparition, en janvier, d'un nouvel espace au sein de l'application qui permettra aux adolescents de passer en revue toute leur activité sur Instagram, des contenus postés aux commentaires, en passant par les "likes", et éventuellement d'en supprimer une partie, afin de leur permettre de "gérer plus facilement leur empreinte numérique".

Une "diversion"

Ces modifications n'ont pas convaincu le sénateur démocrate Richard Blumenthal. "C'est un tout petit pas, très loin de ce qui est nécessaire pour protéger les enfants et les consommateurs", a-t-il déclaré à l'AFP mardi.

Ces annonces "semblent davantage conçues pour distraire de l'audition de demain que pour parvenir à de réelles avancées pour la sécurité des mineurs", a ajouté l'élu, qui a déjà interrogé au Congrès Antigone Davis, responsable de la sûreté chez Facebook.

Fin septembre, le groupe californien avait mis sur pause son travail sur une version d'Instagram pour les moins de 13 ans, mais n'y a pas renoncé. "Je continue d'accueillir favorablement une collaboration productive avec les législateurs en vue d'accomplir notre objectif commun : créer un monde en ligne qui bénéficie aux générations futures tout en les protégeant", a indiqué Adam Mosseri.

"C'est une annonce creuse" pour "faire diversion", a de son côté réagi la sénatrice républicaine Marsha Blackburn, cheffe de file des républicains à la sous-commission sénatoriale à la Protection des consommateurs, qui va entendre le dirigeant mercredi.

Un signe "encourageant"

Président de la Family Online Safety Institute, association de défense des familles utilisatrices d'internet, Stephen Balkam a lui salué un signe "encourageant". "C'est le dernier d'une longue série d'améliorations qu'a faite Instagram depuis deux ou trois ans."

"Instagram est plus sûr qu'il ne l'était", a-t-il poursuivi, "moins toxique pour les adolescents. Mais il ne sera jamais parfait, jamais complètement sûr. Mais c'est vrai de tous les réseaux sociaux."

L'image d'Instagram et de sa maison mère Facebook, depuis rebaptisée Meta Platforms, a été largement ternie par la lanceuse d'alerte Frances Haugen, une ex-employée de Facebook qui a fait fuiter cet automne des documents internes.

Ils montrent que les dirigeants avaient conscience de certains risques pour les mineurs, notamment pour la santé mentale de certaines jeunes filles confrontées, image après image, au mythe du corps féminin idéal.