Lors de l'exercice décalé qui s'est terminé fin septembre, TUI a connu une perte nette de 2,48 milliards d'euros (2,59 milliards de francs), après celle record de 3,1 milliards d'euros l'année précédente.

Lors du quatrième trimestre cet été, traditionnellement le plus fort de l'année, le groupe de Hanovre a presque triplé son chiffre d'affaires sur un an, à 3,5 milliards d'euros.

Le résultat d'exploitation s'est lui rapproché de l'équilibre, à -97 millions d'euros, contre 570 millions perdus un an auparavant, alors que les capacités d'accueil étaient réduites en raison de la crise sanitaire.

également interessant

Hôtels, vols charters, croisières qui constituent le coeur de métier du groupe allemand sont fortement affectés depuis le début de la pandémie, qui a mis à genoux le secteur du tourisme.

Annoncé en 2020, le plan de restructuration de TUI a été déjà réalisé à environ 60% l'an dernier, en visant des économies de coûts annuelles de 400 millions d'euros d'ici 2023.

Le bout du tunnel semble en vue en pariant que "l'été 2022 atteindra un niveau de réservation largement normalisé", selon le patron du groupe Fritz Joussen, cité dans un communiqué.

"La quasi-totalité du premier trimestre de l'exercice 2022" est déjà comptabilisée, ce qui permet déjà d'atteindre sur ce trimestre "69 % du niveau d'avant la crise", ajoute-t-il.

Mais la propagation du variant Omicron, qui fait repartir le nombre d'infections à la hausse dans de nombreux pays européens, pourrait freiner cette dynamique.

TUI compte actuellement 4,1 millions de réservations pour l'hiver 2021/22 et l'été 2022, alors qu'il a accueilli 5,4 millions de clients lors de l'ensemble de l'exercice 2020/21.

Pour le deuxième trimestre d'affilée depuis le début de la pandémie, le groupe a enregistré un flux de trésorerie positif, à 1,4 milliard d'euros. Ses réserves de trésorerie s'établissent début décembre à 3,5 milliards d'euros.

En octobre, TUI a réalisé une augmentation de capital d'1,1 milliard d'euros pour se refinancer et rembourser les prêts publics géants accordés au groupe pendant la crise sanitaire.