Pour cette année, les statisticiens fédéraux sont encore optimistes. Ils ont révisé en hausse leurs projections de progression du produit intérieur brut (PIB) à +3,5%, contre +3,4% dans leurs précédentes estimations. La consommation privée et publique, mais surtout le net rebond des exportations devraient porter la croissance helvétique, a précisé le Seco jeudi dans un communiqué.

Par contre, en 2022, "les difficultés d'approvisionnement et le durcissement des mesures contre le Covid-19 vont peser sur l'économie mondiale durant l'hiver 2021/2022", a ajouté le Seco. La croissance du PIB devrait ralentir à +3,2%, nettement moins que les +3,6% jusqu'à présent anticipés. En 2023, la croissance a été estimée à +1,7%.

également interessant

L'inflations, galopante aux Etats-Unis et dans la zone euro, devrait être par contre plus mesurée en Suisse. Les prix à la consommation devraient accélérer de 0,6% en 2021 et puis de 1,1% l'exercice suivant, avant de retomber à 0,7% en 2023.

Quant au marché du travail, le taux de chômage devrait reculer sur les deux prochaines années, passant de 3,0% cette année, à 2,4% la suivante et 2,3% en 2023.