"Nous avons demandé à Arsenal de s'assurer que leurs publicités futures ne minimisent pas les conséquences d'un investissement dans des cryptoactifs", ajoute mercredi l'Advertising standard authority (ASA), l'autorité britannique de la publicité.

Comme de nombreux clubs européens, Arsenal s'est associé à l'entreprise Socios.com pour créer un "fan token".

Les amateurs du club londonien sont incités à acheter une cryptomonnaie, le chiliz, pour ensuite les échanger contre des jetons qui donnent des droits de vote sur certaines décisions du club.

également interessant

Fin novembre, le président de Socios.com Alexandre Dreyfus affirmait avoir signé des contrats avec 56 clubs et près d'une centaine d'équipes dans divers sports.

Lionel Messi a même touché une partie de son premier salaire au PSG en fan tokens du club.

Investissement risqué

Mais pour l'ASA, Arsenal se doit d'expliquer à ses fans qu'acheter des tokens est un investissement risqué: "Nous leur avons indiqué qu'ils devront rendre plus clair que la valeur des investissements en cryptoactifs varie et que les cryptoactifs ne sont pas régulés".

Le principe des "fan tokens" ne fait pas l'unanimité auprès des supporters britanniques: en août, le club de Leeds avait à son tour annoncé un partenariat avec Socios.com.

L'association des fans de l'équipe avait alors demandé: "Si le football choisit de faire rentrer des cryptomonnaies dérégulées dans le jeu, nous pensons que les clubs devraient également fournir une éducation et des conseils sur le but et les risques créés".

"Les fans devraient faire très attention avant de dépenser leur argent, car les cryptoactifs sont très complexes, difficiles à évaluer et sont très volatils", abonde Susannah Streeter, analyste financière chez Hargreaves Lansdown.