Aller au contenu principal
(De g. à d.) Guillaume Chassot et Massimo Fiorin, les deux dirigeants de Swiss Aeropole. © DR

Le Swiss Aeropole déploie ses ailes

Véritable exemple de collaboration entre le privé, les communes, l’armée et le civil, le nouveau business park de Payerne est avant tout une aventure régionale. Visite.

Impossible de se tromper: à entendre le bruit assourdissant de l’avion de chasse qui vient de décoller, on se rapproche du Swiss Aeropole à Payerne. La configuration des alentours de la piste d’aviation de Payerne est absolument unique.

D’un côté, on trouve les bâtiments, un brin austères, des forces aériennes. En face, les nouveaux locaux de l’aéropole flambant neufs. Celui-ci a en effet inauguré en mars dernier ses tout derniers bâtiments, dont un gigantesque hangar à avions que nous avons pu visiter. Davantage qu’un centre d’affaires, le Swiss Aeropole est une aventure régionale, dont l’idée date de plus de vingt ans. Il est aujourd’hui en pleine concrétisation après des années de négociations et d’efforts de la part de la commune de Payerne et de la Communauté régionale de la Broye (Coreb), les deux actionnaires du projet.

Leur objectif: implanter des entreprises et créer des emplois dans la Broye. Il s’agit dorénavant d’attirer des entreprises liées à l’aviation (ou tout autre domaine) et de développer les vols d’affaires ainsi que l’arrivée de petites compagnies.

Une mission multi-tâche qui enthousiasme les deux directeurs de l’entité, Massimo Fiorin et Guillaume Chassot: «Notre base dispose désormais de toutes les infrastructures et autorisations pour se développer, nous prenons notre bâton de pèlerin pour rencontrer des entrepreneurs potentiellement intéressés dans la région mais aussi d’ailleurs. Une tâche des plus intéressantes, car il existe tellement de possibilités d’activités au Swiss Aeropole! Nous visons aussi à démocratiser l’aviation d’affaires en proposant aux cadres et chefs d’entreprise de la région de gagner en efficacité en volant depuis Payerne.»

Démocratiser l’aviation d’affaires

Pour l’instant, onze entreprises sont déjà implantées, ce qui représente 220 emplois. «Nous visons à moyen terme la création de 2000 emplois et l’installation de dizaines de sociétés, dont la majorité active dans l’aéronautique. De plus, il faut savoir que 25 hectares sont encore disponibles pour de nouveaux projets», ajoutent les dirigeants.

La vue époustouflante offerte du dernier étage du bâtiment principal confirme les ambitions affichées. Le site pourrait accueillir par exemple des constructeurs de drones ou d’avions hybrides. Sans aucun doute, le Swiss Aeropole ambitionne de devenir «the place to be» de l’aéronautique. D’ailleurs, PME Magazine s’apprête à fêter le dernier volet de ses 30 ans dans ces magnifiques locaux avec de nombreux entrepreneurs et lecteurs le 5 décembre prochain.


Un accord public-privé

Construit par un des occupants, Speedwings (compagnie d’aviation d’affaires basée à Genève et propriété de l’homme d’affaires Damien Piller), en partenariat avec la commune de Payerne et avec l’appui du canton, le nouveau bâtiment fait 177 mètres de long et 10 000 m2, pour un coût global de quelque 32 millions de francs. Il comprend des hangars pour les avions, des salons d’accueil pour les passagers, une douane, un business center avec des bureaux ainsi que des salles de conférences. A noter que Damien Piller a financé une grande partie de la construction (27 millions de francs). Les vols sont au nombre de 300 par an, en augmentation constante; 4200 vols sont possibles, selon les accords avec l’armée et les riverains. Enfin, Peter Kupferschmied occupe depuis peu la fonction de président du conseil d’administration.