Aller au contenu principal
Un spectacle volant sur le barrage d’Emosson, un exemple d’événement original organisé pour les entreprises. © DR

L’événementiel, un marché en effervescence

Un nombre croissant d’entreprises font appel à des sociétés spécialisées dans l’organisation de séminaires ou d’activités ludiques avec leurs clients. Objectif: séduire de nouveaux partenaires ou fidéliser ceux qui existent déjà.

Sortie en montagne, simulateur de chute libre, cours d’improvisation théâtrale… Le marché de l’événementiel se développe fortement en Suisse romande. Depuis quelques années, un nombre croissant de PME font appel à des organisateurs spécialisés afin de convier leurs clients ou leurs collaborateurs à partager des expériences uniques. L’objectif peut être double: séduire de nouveaux partenaires ou fidéliser ceux qui existent déjà. «L’événementiel est aujourd’hui un outil prépondérant dans le mix marketing des entreprises», confirme Sebastian Chappiero, directeur de l’agence Sponsorize à Genève, spécialisée dans le sponsoring et l’événementiel.

Favoriser les liens personnels

C’est aussi un marché très éclaté, avec beaucoup de petits acteurs, une forte concurrence et des spécificités régionales en matière d’habitudes de consommation. «A Lausanne ou à Genève, par exemple, il est courant d’organiser les événements en semaine, le mardi ou le jeudi, remarque Sebastian Chappiero. En Valais, par contre, le vendredi conviendra bien. De manière générale, il est très difficile de faire venir les clients durant le week-end.»

A Uvrier, près de Sion, l’agence Swiss Event Manufacture voit son activité croître depuis sa fondation en 2017. Elle organise des événements d’entreprise et privés, conçoit des stands d’exposition, loue du mobilier et des accessoires de déco, ou aménage des espaces de réception sur mesure pour ses clients. «Le marché valaisan de l’événementiel est moins mature que celui de l’Arc lémanique, mais les gens prennent de plus en plus conscience de l’importance du contact humain dans les relations d’affaires, en particulier à l’ère du digital», souligne Patricia Cardoso, directrice de Swiss Event Manufacture. Le but est de créer un contexte propice à des rencontres particulières, pour favoriser des liens personnels et mettre en avant la philosophie et les valeurs de l’entreprise.

En 2019, la jeune agence a organisé 42 événements, essentiellement pour des entreprises. Elle a par exemple contribué à la mise en place du Barrage volant d’Emosson, dans le cadre de la 10e édition du festival Cosmojazz. Elle a aussi été contactée pour l’inauguration de la nouvelle gare du Châble, début janvier 2019. «En Valais, la plupart des mandats sont décrochés grâce au bouche-à-oreille et au réseautage, glisse Patricia Cardoso. Les clients tendent aussi à être plus fidèles, mais il ne faut pas décevoir, car tout le monde se connaît. Nous sommes donc à l’écoute de leurs besoins et privilégions une relation de proximité avec nos clients, basée sur l’humain, pour cerner au mieux leurs attentes.»

Dans le canton de Vaud, à Crissier, l’agence Catcha est spécialisée dans la location et la création d’animations, les concepts pour centres commerciaux, la réalisation de stands, les soirées d’entreprise ou encore les activités de team building. Elle est une des marques du groupe Global Creative, société active dans le domaine de l’événementiel, représentante exclusive du mur digital Digi-Sports 2.0 en Suisse. Ce concept offre une multitude d’utilisations (stands, cohésion d’équipe, affichage de marque, etc.), à travers une palette de jeux sportifs dont la difficulté et le nombre de joueurs sont modulables.

L’agence est aussi le partenaire exclusif pour la Suisse des expositions itinérantes de la Cité de l’espace à Toulouse (France). «Il y a une grosse concurrence sur le marché vaudois, avec plusieurs entreprises sur chaque appel d’offres», assure David Rosset, fondateur de Global Creative et de Catcha.

Le terroir en vogue

Pour les entreprises, un événement est aussi souvent l’occasion de collecter des données à des fins de marketing. Global Creative a donc lancé Ranking Pro, un programme de classement en ligne pour concours, animations, promotions ou tournois, qui permet de récolter des données ciblées et personnalisables sur les participants. Un moyen pour la société de répondre aux besoins de ses clients, tout en se diversifiant. «L’événementiel fait rêver, mais les marges du secteur ne sont pas élevées. Il faut faire beaucoup de chiffre et, surtout, avoir des clients récurrents pour survivre», indique David Rosset. Pour le chef d’entreprise, la clé pour y parvenir est «d’avoir une vraie spécialisation et un service de qualité».

Un constat globalement partagé par Vitalis Events, à Genève. Fondée en 2003, l’agence emploie aujourd’hui 12 personnes. Active au service de clients «corporate» et d’associations scientifiques, elle organise meetings, congrès, séminaires, soirées d’entreprise ou événements clients. L’agence organise plus de 100 événements par an, dont 80% ont lieu à l’étranger. Emilie Miguet, directrice des ventes et du marketing chez Vitalis Events, constate une tendance à abandonner les soirées classiques en hôtel de luxe pour des lieux plus atypiques. Tout ce qui se rapporte au terroir est particulièrement en vogue. En outre, de plus en plus de clients semblent être préoccupés par l’écologie et le développement durable. «Beaucoup nous demandent s’il est possible de réduire les déchets, de ne pas utiliser de couverts en plastique ou de redistribuer la nourriture non consommée, par exemple», glisse-t-elle.

A l’heure où tout le monde peut réserver une soirée ou un week-end sur internet, Vitalis Events soigne les détails. «La logistique sur mesure et l’implication des chefs de projet font la différence. Les services fournis doivent donc être irréprochables», précise Emilie Miguet. L’agence tisse aussi un lien particulier avec ses clients. «Des multinationales nous font confiance, car nous sommes à taille humaine, super-réactifs et fournissons une équipe dédiée pour toutes les phases du projet.»