Aller au contenu principal
Le Borussia Dortmund, club allemand entraîné par le Suisse Lucien Favre , fait partie du certificat lancé par Swissquote. © Keystone

Le football, passion et… investissement original

Il existe à la bourse suisse un certificat qui permet de placer son argent sur des produits financiers liés au football. La performance sur une année affiche une hausse de 23,4%.

Que ce soit en été, en hiver ou lors des deux saisons plus clémentes pour le football, il n’existe quasiment pas de temps mort pendant l’année pour cette activité au niveau professionnel. Et le monde entier s’intéresse au ballon rond! Partant de ce constat, des analystes de la banque Swissquote ont élaboré en juin 2018 (juste avant la Coupe du monde) un certificat sur plusieurs actions liées au football comme des clubs européens, des sponsors ou des équipementiers.

Alors que le mois de juin a connu la Coupe du monde féminine en France, nous avons interrogé Vincent-Frédéric Mivelaz, analyste marché chez Swissquote, sur ce produit original, son évolution en une année et ses perspectives.

Alors que les thèmes d’investissement sont généralement plutôt rébarbatifs, vous misez sur le football. Un pari osé?

Investir dans les actions liées au ballon rond est un pari très risqué, car leur performance est fortement corrélée avec celle des équipes sur le terrain et les habitudes de consommation. Cela s’avère toutefois moins cyclique que d’autres formes de divertissement. Le football représente un marché très juteux, avec une industrie mondiale qui pèse plusieurs milliards de dollars. En outre, la croissance du marché du sport dans son ensemble prend de vitesse celle du PIB des économies émergentes et matures.

Le football génère des milliards, mais de quelle façon?

Selon le rapport financier de la FIFA, la Coupe du monde en Russie a, par exemple, généré 5,2 milliards de dollars de recettes, soit 8% de plus qu’en 2014 (4,8 milliards). Et la Coupe du monde 2022 au Qatar devrait quant à elle rapporter 6,5 milliards de dollars. Les recettes télévisuelles s’inscrivent également en forte hausse: les chaînes de télévision ont déboursé plus de 8 milliards de dollars pour les droits 2016-2019 de la Premier League, près du double de la somme versée il y a trois ans.

Le certificat a été lancé il y a une année, quelles sont vos premières conclusions?

Depuis le lancement le 4 juin 2018, ce produit structuré a gagné 23,4% (chiffres à la mi-juin, ndlr), soit une très belle progression au-dessus des indices.

On remarque une certaine diversification dans les investissements. Pourquoi?

Notre thème intitulé «La fièvre du football» a investi initialement dans des clubs européens et des sponsors appelés à bénéficier de l’euphorie immédiate autour de la Coupe du monde. Il faut savoir que, pour les véritables supporters, le sponsoring mondial constitue un critère d’achat fondamental. Les fans de football tendent à acheter des biens et des services proposés par les entreprises qui sponsorisent leur équipe nationale et leur club favori.

Pourquoi utiliser des certificats?

Les certificats ont des exigences en termes de régulation beaucoup moins strictes que les ETF (fonds), ce qui permet de les lancer quasiment d’un jour à l’autre, en fonction des thèmes dans l’air du temps; tout un chacun peut les négocier librement. La composition du portefeuille est réévaluée tous les trois mois.


Quelques exemples d’investissement

  • Clubs: Borussia Dortmund, Manchester United, AS Roma, Juventus de Turin, Galatasaray Sportif, Olympique Lyonnais…
  • Marques/sponsors: McDonald’s, Coca-Cola, Adidas, Electronic Arts, Hisense Home Appliances, China Mengniu Dairy…