Aller au contenu principal

Une nouvelle solution de prévoyance pour les PME

Trois acteurs reconnus en Suisse, CGA, Vontobel et Liberty, lancent Prevor. Un produit qui se veut «taillé sur mesure» pour les entrepreneurs et leurs cadres.

Alors que l’univers lié aux 2e et 3e piliers semblait encore immuable il y a peu, de véritables petites révolutions voient aujourd’hui le jour. Il suffit de se renseigner sur les nouveautés en cours auprès de certaines institutions. Pascal-Henri Vuilleumier, directeur général du bureau de courtier en assurances genevois CGA, et Frédéric Constantin, spécialiste en planification patrimoniale chez Vontobel Wealth Management, l’affirment d’ailleurs d’une même voix: «Le monde de la prévoyance bouge en ce moment et nous sommes heureux de faire partie du mouvement en proposant une nouveauté pour les PME romandes.»

Nous avons rencontré les deux experts dans les bureaux de la banque Vontobel pour découvrir en effet la nouvelle solution de prévoyance professionnelle pour les PME, nommée Prevor. Car des alliances intéressantes se forment désormais dans le monde de la prévoyance romande. Ainsi, en collaboration avec le courtier CGA (qui emploie onze personnes, dont une majorité qualifiées dans le conseil en caisses de pension) et Liberty LPP fondation collective, Vontobel a mis au point une solution «clés en main» de prévoyance professionnelle. «Cette offre inédite est destinée aux patrons de PME qui souhaitent offrir à leurs cadres une alternative à la LPP pour augmenter leur prestation à la retraite. Elle dissocie la prévoyance facultative de la part LPP pour gagner en agilité», précise Frédéric Constantin.

Zone de turbulences

Mais revenons à l’histoire de cette alliance étonnante. Vontobel souhaitait se rapprocher des entrepreneurs locaux en leur proposant des solutions «sur mesure». Le rapprochement avec le courtier Pascal-Henri Vuilleumier (CGA) s’est alors fait naturellement à la suite d’une rencontre. Le but étant d’amener de la flexibilité pour les entrepreneurs qui ont tous des besoins et des demandes forcément différents. L’apport de Liberty, qui est une plateforme offrant la souplesse nécessaire pour gérer des plans innovants, est alors devenu un atout considérable.

Tout est parti du constat que le système de prévoyance suisse traverse depuis quelques années une zone de turbulences et les caisses de pension sont confrontées à des défis majeurs. On le sait, un nombre réduit de personnes actives est contraint de financer un nombre toujours croissant de retraités, pour une retraite de plus en plus longue. Sans compter que les taux d’intérêt bas n’arrangent pas la situation. «Dans ce contexte, il est légitime de proposer des solutions innovantes pour répondre aux besoins des assurés et notamment des petites et moyennes entreprises.» Traditionnellement, les fondations collectives proposent aux PME d’intégrer la part LPP et hors LPP dans un seul et unique plan de pension dit «enveloppant».

Le marché de la prévoyance est à la croisée des chemins. A nous d’innover.

Pascal-Henri Vuilleumier, CGA

Or ce modèle rigide rend complexe l’élaboration des règlements de prévoyance et réduit les rentes issues de la prévoyance surobligatoire, qui «dorment» en quelque sorte. «Grâce à Prevor, il est désormais possible d’assouplir le plan de prévoyance en proposant une solution personnalisée aux cadres des PME», communique Frédéric Constantin.

Gestion transparente

Reste que cette démarche «à trois entités» surprend en Suisse romande. Nos deux interlocuteurs nous l’ont détaillée. Elle vise une gestion transparente par trois professionnels avec chacun sa spécialité. CGA officie comme conseiller, Liberty travaille en tant qu’institution de prévoyance et Vontobel amène sa longue expérience dans la gestion des avoirs de prévoyance. «Les assurés savent où est leur argent et comment il est investi. En tant qu’entreprise familiale, la question de la planification fait partie de notre ADN. Nous voulons trouver des solutions pour les entreprises et pour nos clients», précise le gérant de Vontobel.

Les clients auront donc un contact avec des interlocuteurs de CGA ou de Vontobel selon les demandes spécifiques liées à leur dossier. Il est important d’ajouter que le projet est développé en Suisse romande dans un premier temps et qu’il devrait être décliné dans les prochaines années dans le reste de la Suisse.

«Nous sommes en phase d’acquisition d’expérience en proposant ce nouveau modèle. Le marché de la prévoyance est à la croisée des chemins et c’est aux acteurs qui le composent de s’adapter avec des initiatives ciblées notamment pour les PME. Notre type de solution existait déjà, mais n’était accessible que dans les grandes entreprises. La solution Prevor permet à un entrepreneur de répondre aux besoins de tous ses collaborateurs en mettant en place un plan de prévoyance flexible», conclut Pascal-Henri Vuilleumier.»


Une meilleure attractivité pour l’employeur

Prevor s’adresse à l’ensemble des collaborateurs d’une PME ou d’une catégorie définie de ceux-ci (membres de la direction, cadres, administratifs, etc.) Les salaires surobligatoires sont assurés dès 84 600 francs avec, en option, la possibilité de couvrir le montant de la déduction de coordination LPP de 24 675 francs. Le plan d’épargne permet aux employés de choisir librement leur cotisation personnelle tout en adaptant leur budget de prévoyance à leur capacité d’épargne, ainsi qu’à leur planification fiscale personnelle.

De son côté, l’employeur renforce son attractivité, tout en maîtrisant ses coûts, nous explique-t-on. «A 35 ans, un collaborateur souhaite plutôt financer l’acquisition d’un logement, alors que son collègue de 55 ans voudra plutôt renforcer sa prévoyance retraite. Dans ces cas de figure, chaque collaborateur pourra choisir individuellement le montant de sa cotisation d’épargne retraite. Il peut également arriver que certains employés souhaitent renforcer leur capital retraite, mais leur caisse de pension ne le permet plus, les possibilités de rachat ayant été épuisées. Prevor leur permettra de racheter les cotisations manquantes», détaille Pascal-Henri Vuilleumier.

Lire aussi:

Quand l'hypothèque provient de la caisse de pension

Vers plus de responsabilité individuelle

Que faire pour pallier à la diminution des rentes?

Pour les entrepreneurs, la retraite s'anticipe à 50 ans

Nos pensions dépendent des bourses. Forcément volatiles