L’année dernière, les investisseurs sur le marché suisse des actions ont majoritairement subi des pertes. Le Swiss Performance Index (SPI) a perdu 16%. Dans le même temps, la large correction du marché a fait passer les rendements des dividendes attendus pour 2023 de 2,3 à 3%.

«Les bons payeurs de dividendes faisaient déjà partie des gagnants relatifs en 2022», explique Matthias Geissbühler, responsable des placements chez Raiffeisen, au média en ligne Cash. Il s’attend à ce que les actions offrant des rendements de distribution élevés et stables aient également la faveur des investisseurs en 2023. Il prévoit globalement des taux de distribution stables ou en légère hausse.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Hausse des distributions

Le stratège en chef de Pictet, Anastassios Frangulidis, s’attend lui aussi à une hausse des distributions. En comparaison internationale, les titres suisses à dividendes restent attractifs en raison de leur caractère défensif, ainsi que de la bonne qualité de leurs bilans et de la forte compétitivité des biens et services. «De plus, d’un point de vue pondéré par le commerce réel, le franc suisse s’est plutôt affaibli, ce qui augmente la compétitivité des entreprises suisses», dit-il.

Pour autant que les taux d’intérêt ne continuent pas à monter en flèche et qu’ils ne dépassent pas leur pic au cours de cette année, 2023 pourrait également être une bonne année pour les titres à dividendes du point de vue de l’évolution des cours. Parallèlement, la volatilité du marché devrait rester élevée dans les mois à venir en raison des incertitudes monétaires, conjoncturelles et géopolitiques, ce qui rend les actions à dividendes durables plus attrayantes.

Leonteq en tête

A la question de savoir quelle action pourrait être une reine potentielle du dividende en 2023, notre tableau donne une réponse claire: la société zurichoise Leonteq arrive en tête du classement avec près de 10%. Le spécialiste des produits dérivés a perdu près de 40% en 2022 en raison de la situation exigeante du marché des produits financiers, ce qui a entraîné une forte hausse du rendement de la distribution. Dans l’ensemble, les analystes s’attendent à ce que Leonteq puisse augmenter continuellement sa base de revenus à long terme. L’entreprise devrait également continuer à augmenter son taux de distribution des dividendes.

Mais la prudence est généralement de mise lorsque les entreprises affichent un taux de distribution très élevé. En raison du ralentissement économique et de la pression croissante sur les marges, les dividendes pourraient ne pas être durables. Adecco (8,2%) ou encore SGA (6,9%) disposent de rendements élevés, mais il s’agit également de taux de distribution de plus de 70%. De plus, les titres cycliques – dont font partie Sulzer, Kuehne+Nagel ou Phoenix Mecano – sont généralement soumis à une forte pression à la baisse en cas de ralentissement conjoncturel.

BB Biotech et Varia US Properties (tous deux 7,2%), avec des investissements dans la biotechnologie et l’immobilier américain, sont intéressants pour un achat d’actions, mais tout aussi risqués. Les deux titres pourraient être soumis à une forte pression si les nouvelles hausses des taux d’intérêt de la Fed devaient être plus importantes que ce qui est actuellement pris en compte sur le marché.

Swisscom, stabilisateur de portefeuille

En revanche, le groupe Mobilezone s’est transformé au cours des dernières années en payeur de dividendes fiable. L’entreprise convainc par un modèle d’affaires robuste et résistant, axé sur la Suisse et l’Allemagne, et semble sur la voie d’une croissance durable. De plus, le cours de l’action s’est également orienté majoritairement dans une seule direction depuis le plus bas de la pandémie en mars 2020: à la hausse.

Lorsque l’on cherche des payeurs de dividendes solides sur le marché suisse, on tombe rapidement chez les grands assureurs et le groupe de télécommunications Swisscom. Ce dernier, avec un rendement du dividende de 4,3%, ne figure certes pas sur la liste, mais il est généralement considéré comme un stabilisateur dans un portefeuille d’investisseurs.

Parmi les assureurs, Swiss Re offre comme d’habitude le meilleur rendement de distribution avec 5,5%, mais c’est aussi un exemple de politique de dividende peu durable. Le réassureur paie son dividende depuis cinq ans en puisant dans sa substance. En tant que l’une des rares actions gagnantes du SMI en 2022, Zurich Insurance (5,2%) est passée derrière l’action fortement corrigée de Swiss Life (5,5%) en termes de rendement du dividende.

 

ManuelBoeck
Manuel Boeck