Les voitures écoulées par les importateurs non officiels ont bondi de 41,3% à 6866 unités, alors que celles importées directement par leur propriétaire se sont établies à 1658 (+8,3%), selon des chiffres divulgués jeudi par l'Association indépendante du commerce automobile suisse (VFAS).

La part cumulée de ces deux segments s'élevait au 24 décembre à un peu plus de 3,6% du marché helvétique, à comparer aux 2,7% de 2020, mais surtout aux 4,3% de 2019, dernière année avant la pandémie, où les ventes avaient frôlé les 13'400 unités.

également interessant

Les importateurs parallèles se targuent d'apporter "une contribution importante à la réduction des émissions de CO2 en Suisse", soulignant la multiplication par cinq en deux ans de la part des véhicules électriques, qui représentent désormais plus de 25% du total.

Si l'on y ajoute les véhicules hybrides, celle-ci grimpe à 55%. "Plus d'une voiture neuve sur deux importée par le commerce indépendant dispose d'une motorisation alternative", claironne la VFAS, signalant que pour les importateurs officiels, la proportion des propulsions alternatives est de 44%.

Sur l'ensemble de l'exercice qui s'achève, la faîtière anticipe pour le marché suisse un total de 238'000 nouvelles immatriculations, à peu près stable sur un an, mais en recul de 74'000 par rapport aux chiffres d'avant la pandémie.