L'accord porte sur un montant qui pourrait aller jusqu'à 1 milliard de dollars (920 millions de francs).

"Bayer et Mammoth Biosciences (...) annoncent aujourd'hui une collaboration stratégique", afin de "développer de nouvelles thérapies géniques", a indiqué l'entreprise allemande dans un communiqué.

La recherche sera particulièrement orientée vers "les maladies du foie", a ajouté Bayer.

La biotech américaine, basée à San Francisco, recevra une "avance de 40 millions de dollars " de la part de Bayer, et des paiements supplémentaires pouvant atteindre un total de "plus d'un milliard de dollars "en cas de réussite" dans les travaux de recherche et de développement, a ajouté le groupe de Leverkusen.

également interessant

Grâce à cet accord, Bayer aura accès aux "méthodes Crispr de Mammoth Biosciences", afin de réaliser ces recherches.

Le Crispr, ou ciseaux moléculaires, est une technologie permettant de modifier facilement un génome, afin de corriger ou créer des mutations génétiques permettant notamment de soigner des maladies rares.

Mammoth Biosciences a été cofondée en 2017 par l'Américaine Jennifer Doudna, qui a inventé cette technique en 2012 avec la Française Emmanuelle Charpentier. Elle a valu au duo de chercheuses de remporter le prix Nobel de chimie en 2020.

"La combinaison des systèmes Crispr de Mammoth avec nos plateformes existantes (...) nous permettra de libérer tout le potentiel de notre stratégie dans la thérapie génique", a commenté lundi Stefan Oelrich, président de la division pharmaceutique de Bayer.

Depuis plusieurs années, le groupe allemand s'est lancé dans une stratégie d'investissement dans ces technologies, qu'il considère comme la "prochaine étape de l'évolution du développement des médicaments".

Fin 2020, pour un montant pouvant aller jusqu'à 4 milliards de dollars, Bayer a racheté la biotech américaine Asklepios BioPharmaceutical, spécialisée dans le traitement des maladies neuromusculaires par la thérapie génique.

Bayer a également racheté en 2019 l'entreprise américaine BlueRock Therapeutics, elle aussi spécialisée dans la thérapie cellulaire.

En Bourse, Bayer gagnait 1,46% lundi en matinée à Francfort, à 49,50 euros, dans un indice Dax en recul de 0,10%.