Après une année 2020 touchée par le Covid-19, "le marché s'attendait à ce que la demande refoulée stimule la croissance des ventes en 2021", a noté le groupe dans son rapport.

"Cependant, la production a été entravée par l'aggravation de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, notamment au second semestre 2021", a-t-il poursuivi.

Sous le signe des pénuries

A l'issue d'un troisième trimestre déjà freiné par les pénuries, Volvo Cars a continué de souffrir de l'effet des pénuries d'approvisionnement en semi-conducteurs au quatrième trimestre, qui s'est traduit par une nette baisse de ses ventes et de ses bénéfices.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Les ventes ont reculé de 20% en volume, à 168'000 véhicules vendus. Mais la baisse du chiffre d'affaires a été moindre (-6%) en raison de "la forte demande" ayant eu "un effet positif sur les prix et la vente de voitures plus chères", a expliqué Volvo.

Le chiffre d'affaires a reculé à 80 milliards de couronnes (environ 8 milliards de francs). Le bénéfice net a lui chuté de 60% à près de 2,3 milliards de couronnes, inférieur aux attentes des analystes.

"Pour l'avenir, l'incertitude reste élevée. Bien que la pénurie de composants se soit quelque peu atténuée, nous pensons que la chaîne d'approvisionnement restera un facteur restrictif", a prévenu le PDG de Volvo Håkan Samuelsson, cité dans le communiqué.

Pour l'ensemble de l'année 2021, Volvo Cars a toutefois affiché de solides résultats, avec une hausse du chiffre d'affaires de 7,3%, à 282 milliards, et un fort rebond du bénéfice net. Ce dernier a atteint 14,2 milliards, contre 7,8 milliards en 2020, marqué par les effets économiques de la pandémie.

Sa rentabilité s'est aussi affermie, la marge opérationnelle progressant de 4 points à 7,2%.

Le record de 2019 tient toujours

Avec 698'700 voitures produites en 2021, le groupe n'est toutefois pas parvenu à battre son record de production de 2019 (705'452 voitures).

Volvo Cars, qui ambitionne de sortir du moteur à combustion et veut être tout électrique d'ici 2030, investit actuellement pour augmenter ses capacités de production dans l'électrique.

Plus tôt cette semaine, le groupe a annoncé investir près d'un milliard d'euros dans son usine historique de Göteborg en Suède pour basculer vers la production de voitures électriques.

Le constructeur prévoit également un autre grand projet avec la construction avec le spécialiste suédois des batteries Northvolt d'une usine commune, également près de Göteborg.

Cette dernière doit à terme employer 3000 personnes, et s'ajoutera à un centre de Recherche et développement dans le cadre d'un investissement d'environ 3 milliards d'euros.