Les grandes banques et autres entreprises nationales ont reçu l'ordre de passer en revue leur exposition financière au risque posé par Ant Group et ses filiales, a rapporté lundi l'agence Bloomberg.

Cette filiale d'Alibaba aurait dû signer fin 2020 la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps à Hong Kong et Shanghai, mais l'opération avait été stoppée in extremis sur ordre du gouvernement chinois.

également interessant
 
 
 
 
 
 

L'intervention de Pékin suivait de peu des critiques publiques émises par le fondateur d'Alibaba, le fantasque milliardaire Jack Ma, à l'encontre des régulateurs financiers. M. Ma, jadis chouchou des médias de son pays, avait ensuite largement disparu de la circulation.

Le pouvoir communiste a depuis engagé une reprise en main du secteur technologique et infligé de lourdes amendes à des mastodontes comme Alibaba pour abus de position dominante.

Les informations de Bloomberg ont fait chuter de plus de 5% le titre Alibaba à l'ouverture de la Bourse de Hong Kong, soit sa cote la plus basse depuis son introduction en 2019. L'action était encore en repli de 3,8% en milieu de journée.

Alibaba doit publier jeudi ses résultats trimestriels.