Dans un communiqué publié à la Bourse de Hong Kong, HSBC a annoncé un bénéfice net en 2021 de 12,6 milliards de dollars (11,5 milliards de francs), contre 3,9 milliards de dollars l'année précédente, aidée par la baisse des créances douteuses et des coûts d'exploitation.

Comme le reste du secteur bancaire, HSBC avait traversé une année 2020 tumultueuse, la pandémie ayant ébranlé l'économie au moment même où la banque s'était lancée dans un plan de restructuration visant à supprimer 35.000 emplois pour se recentrer sur ses zones les plus rentables en Asie et au Moyen-Orient.

également interessant
 
 
 
 
 
 

La banque a également annoncé qu'elle prévoyait un rachat d'actions de 1 milliard de dollars, qui s'ajoute au rachat de 2 milliards de dollars annoncé à la fin de l'année dernière.

"Nous sommes sur une bonne lancée en 2022 et nous sommes convaincus que nous pouvons continuer à mettre en oeuvre notre stratégie", a déclaré le directeur général Noel Quinn dans le communiqué.

"Nous restons également conscients de l'impact potentiel que de nouvelles incertitudes liées au Covid-19 et une inflation continue pourraient avoir sur nous et nos clients".

Basée à Londres, HSBC réalise 90% de ses bénéfices en Asie, la Chine et Hong Kong étant ses principaux moteurs de croissance.

Dans une nouvelle stratégie dévoilée au début de l'année dernière, la banque entend renforcer cette position.

HSBC souhaite augmenter ses revenus liés aux commissions, notamment par le biais de la gestion de patrimoine pour les personnes fortunées de plus en plus nombreuses en Asie.

La banque espère aussi une augmentation significative de ses revenus grâce à la perspective de taux d'intérêt plus élevés dans un contexte d'inflation mondiale galopante.

Toutefois, sa dépendance à l'égard de la Chine pourrait constituer un point de vulnérabilité. La Chine continentale et Hong Kong font partie des derniers endroits qui s'en tiennent rigoureusement à une stratégie draconienne de "zéro-Covid".

Après une forte croissance pendant une grande partie de l'année dernière, la reprise en Chine a ralenti au cours du dernier trimestre.

"En conséquence, nous nous attendons à ce que le gouvernement chinois prenne des mesures pour assouplir les politiques monétaires et fiscales, dans le but de soutenir la croissance", a déclaré Mark Tucker, président du groupe, dans la note de résultats.

Il a également souligné un certain nombre de vents contraires dans l'économie mondiale, notamment les "goulets d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement", les prix élevés de l'énergie et des denrées alimentaires qui font grimper l'inflation et le resserrement des politiques monétaires des banques centrales.