Le transporteur "low cost" prévoit une perte avant impôts entre 535 et 565 millions de livres (650 et 685 millions de francs) pour les six mois terminés fin mars, en baisse comparé à la même période de 2021 où la perte atteignait 690 à 730 millions de livres.

Easyjet attribue cette amélioration à la gestion au plus près de ses coûts, la hausse des revenus annexes, et une "optimisation de son réseau", d'après un communiqué mardi.

également interessant
 
 
 
 
 
 

La période sous revue a souffert de la vague Omicron de coronavirus qui a de nouveau pesé sur les déplacements internationaux autour de la période clé des vacances de Noël, mais depuis le début de 2022, nombre de pays dont le Royaume-Uni ont considérablement assoupli voire éliminé toutes les restrictions sanitaires, permettant un redémarrage du trafic.

Easyjet déplore encore toutefois "les difficultés persistantes liées au Covid-19 à la hausse des prix du kérosène, la fin des aides gouvernementales à l'emploi" mises en place au début de la pandémie, "et les coûts survenant de l'augmentation des capacités" pour faire face à la demande de voyages qui repart.

La compagnie britannique souligne avoir augmenté ses capacités de transport tout au long du deuxième trimestre de son exercice décalé, "opérant en mars à 80% des capacités de 2019".

Depuis la levée des restrictions aux voyages le 24 janvier, précise Easyjet, "nous avons observé une reprise forte et soutenue" des réservations, celles pour l'été dépassant le niveau de 2019.

Le transporteur dit avoir "très peu d'exposition à l'Europe de l'Est" et donc aux retombées de la guerre en Ukraine.

"Les points de notre réseau les plus proches (du conflit) sont Budapest en Hongrie, Cracovie en Pologne, qui ne comptent que pour 1,4% du total de notre capacité" de transport.

"Nous sommes convaincus que nos plans nous permettrons de revenir proches de nos niveaux de vols de 2019 cet été et ressortir comme l'un des gagnants de la reprise" post-Covid, a commenté Johan Lundgren, directeur général (CEO) d'Easyjet, cité dans le communiqué.