Dans un communiqué, l'énergéticien fribourgeois déplore cet ajustement dû à la forte augmentation des prix du marché en raison des "incertitudes autour des enjeux géopolitiques liés au conflit en Ukraine", tout en soulignant que sa bonne maîtrise des coûts a permis "d'atténuer l'impact sur les factures de la récente flambée des prix du gaz, sans pouvoir toutefois la compenser entièrement".

A titre indicatif, un ménage verra ses charges alourdies de 26 francs par mois en moyenne, soit une augmentation de 21% de sa facture de chauffage, précise Groupe E, indiquant que la hausse est également applicable aux réseaux de chauffage à distance utilisant du gaz comme énergie d'appoint.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Pas plus tard que la semaine dernière, lors de la présentation des chiffres annuels, le directeur général Jacques Mauron avait confié à AWP que concernant le gaz, "on est très dépendant de ce qui va se passer entre l'Union européenne et la Russie" et qu'un risque de pénurie pour l'hiver prochain ne pouvait pas être exclu.

Les recettes de ce segment, qui représente environ 10% du chiffre d'affaires du groupe, sont en baisse, hors hausses des tarifs, et les ventes vont "diminuer dans les prochaines années", au profit des réseaux de chauffage à distance, avait indiqué le patron de Groupe E.