Mais à l'inverse de nombreux autres pays, notamment en Europe et aux Etats-Unis, les prix à la consommation n'ont pas explosé dans le pays asiatique, malgré les conséquences de la guerre en Ukraine.

En juillet, l'indice des prix à la consommation en Chine s'est inscrit en hausse de 2,7% sur un an, soit moins qu'attendu, contre 2,5% le mois précédent, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

également interessant
 
 
 
 
 
 

Cette augmentation est due "à l'augmentation des prix du porc, des légumes frais et d'autres aliments, ainsi que de facteurs saisonniers", a souligné dans un communiqué Dong Lijuan, une statisticienne du BNS.

Le prix des denrées alimentaires a augmenté de 6,3% en juillet sur un an, le porc connaissant lui une flambée de +20,2%. Cette viande entre en Chine dans la composition d'innombrables plats.

Cette hausse s'explique en partie par la réticence de certains éleveurs à vendre, car ils veulent maximiser leurs gains en profitant des cours élevés, ainsi que par une reprise de la demande des consommateurs, selon le BNS.

Du côté des carburants, si leurs prix étaient plus élevés en juillet qu'à la même période de 2021, ils ont augmenté moins vite que le mois dernier, a indiqué Mme Dong.

"Le taux d'inflation global a été porté par l'inflation de l'essence et, plus récemment, par un rebond de l'inflation des denrées alimentaires", souligne dans une note Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

Selon lui, la faiblesse du marché du travail, avec de nombreuses personnes qui peinent à trouver un emploi en raison de la conjoncture actuelle, pourrait toutefois enrayer cette hausse des prix et faire baisser l'inflation au second semestre.

A titre de comparaison, l'inflation était en France de +6,1% en juillet sur un an.

Du côté de l'indice des prix à la production, qui mesure les prix des marchandises à la sortie des usines, l'inflation s'est tassée le mois dernier, avec une progression de 4,2% sur un an -- contre 6,1% en juin.

Les analystes anticipaient une progression plus forte.

Le BNS a expliqué cette tendance par une baisse des cours des matières premières sur les marchés internationaux, notamment du pétrole brut et des métaux non ferreux.