Profitant d'une poussée de 11% à 804,1 millions de francs, les montres en métaux précieux ont porté à elles seules plus de la moitié de la croissance en octobre, précise jeudi la FH dans son compte-rendu mensuel. Les garde-temps en acier, qui représentent un volume de 820,7 millions, ont stagné (+1,5%).

Les catégories "autres métaux" (+19,7%) et "autres matières" (+26,8%) ont connu des envolées, à relativiser en termes de volumes. Les montres bimétalliques ont vu leurs exportations augmenter de 3,5% à 325,1 millions de francs.

également interessant
 
 
 
 
 
 

En termes de pièces livrées, le tableau est moins réjouissant. Des reculs sont à constater pour une majorité de catégories, à l'exception des "métaux précieux" (+9,7%) et autres matières (+10,3%). La FH relève un recul global de 12,0% à 1,39 million de pièces en octobre.

Le mois dernier, la demande a concerné principalement les montres dans les gammes de prix élevées (prix export), en témoigne une hausse de 11,4%. La catégorie 500-3000 francs a bénéficié d'une évolution favorable (+3,1%), contrairement aux garde-temps de moins de 500 francs (-26,4%), surtout pour ceux dont les prix se situent entre 200 et 500 francs (-37,1%), indique la faîtière.

Les Etats-Unis sont restés en tête du classement des débouchés pour l'horlogerie suisse en octobre, malgré une part de marché quelque peu grignotée à 15,9% à 306,2 millions de francs. La Chine (9,7% à 220,1 millions) et Hong Kong (7,2% à 163,4 millions de francs) complètent le trio de tête.

De janvier à octobre, les exportations horlogères ont représenté un volume de 20,4 milliards de francs, en hausse de 11,9% sur un an.