La Suisse avait ouvert la voie avec la construction des nouvelles lignes ferroviaires à travers les Alpes (AlpTransit), la redevance poids lourds et le transfert des marchandises de la route au rail, autant de projets pour lesquels elle s'était montrée visionnaire, relève jeudi Initiative des Alpes dans un communiqué.

"Beaucoup de pays nous envient", poursuit-elle, mais il est temps aujourd'hui "de prolonger et de renforcer ce succès". Si le plan proposé jeudi est concrétisé, la Suisse deviendrait le premier pays à disposer d'un transports de marchandises neutre sur le plan climatique.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Financements, automatisations

Ce plan est d'autant plus important que le trafic marchandises est appelé à croître de 31% d'ici 2050, comparé à 2017, ce qui aurait des "conséquences dévastatrices" sur le paysage alpin.

L'initiative proposée prévoit d'augmenter considérablement le fret ferroviaire d'ici 2030, d'améliorer l'efficacité logistique dans les agglomérations et d'y diminuer le plus possible de nombre de véhicules de marchandises.

La Confédération est appelée à contribuer à l'effort en encourageant le fret ferroviaire et en finançant des innovations pour des procédures numérisées et automatisées.

Faire payer les renvois de colis

Le renvoi des colis de l'e-commerce ne devrait plus être gratuit. Un objectif de neutralité carbone devrait en outre être fixé par la Suisse pour les nouvelles flottes de camions dès 2025, comme l'a fait l'UE, ajoute l'Initiative des Alpes. Elle réclame aussi une offensive pour les énergies "propres" et la mise en place d'un large réseau de stations de recharge. Les camions circulant avec une batterie électrique et ceux à hydrogène devraient être exemptés de la taxe poids lourds, et d'autres plus fortement taxés.

Pour les véhicules de livraison (marchandises légères), l'organisation demande une taxe liée aux prestations, adossée à la redevance poids lourds (RPLP). Il s'agirait aussi de promouvoir le fret par des vélos électriques spécifiques, lorsque c'est possible, dans les villes. En outre, des zones "libres d'émissions polluantes" devraient être établies en zone urbaine, qui interdiraient tous les véhicules thermiques.

Dès 2035, le plan prévoit que plus aucun camion utilisant des carburants d'origine fossile ne soit mis en circulation en Suisse.

Avec une part de près d'un tiers de toutes les émissions de CO2 en Suisse, le secteur du transport est le plus grand émetteur indigène de gaz à effet de serre, rappelle l'Initiative des Alpes. La part du fret se monte à 18%, et les deux tiers de cette proportion sont dus aux véhicules utilitaires lourds. Aujourd'hui, un camion émet toujours autant de CO2 qu'il y a trente ans. Les émissions des poids lourds n'ont pas été réduites ces trente dernières années.