Le déficit des biens et services avec le reste du monde est revenu à 61,5 milliards de dollars, en baisse de 21% par rapport au mois d'octobre, selon les données publiées jeudi par le département du Commerce.

Le recul des exportations de 2% a très largement été compensé par un repli des importations de 6,4%.

Il s'agit du plus faible déficit mensuel observé aux Etats-Unis depuis septembre 2020, en pleine pandémie mondiale et ses conséquences sur les chaînes d'approvisionnement.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Le ministère américain a également révisé à la baisse ses données pour octobre, avec un déficit désormais estimé à 77,8 milliards de dollars, contre 78,2 milliards annoncés initialement.

Pour le mois de novembre, le déficit commercial s'est résorbé bien plus qu'anticipé par les analystes, qui tablaient plutôt sur un déficit légèrement plus faible qu'en octobre, à 76,4 milliards de dollars selon le consensus publié par briefing.com.

Il s'agit d'un repli conséquent pour le déficit américain, après deux mois consécutifs de creusement, reprenant la tendance observée depuis le début de l'année 2022, qui a été globalement marquée par une réduction continue de celui-ci.

Sur les trois derniers mois, la moyenne du déficit commercial s'établit désormais à 71,2 milliards de dollars, en baisse de 1,4 milliard de dollars.

Importations d'Europe

En glissement annuel, le déficit commercial sur les douze derniers mois a tout de même progressé de 15,7%, soit 120,1 milliards de dollars, par rapport à la même période un an plus tôt. L'année 2021 était cependant particulièrement marquée par les difficultés d'approvisionnement consécutifs à la reprise rapide de l'économie mondiale.

Dans le détail, les exportations de biens sont en repli de 4,9 milliards de dollars, principalement sous l'effet de la baisse des cours du gaz naturel et du pétrole, en partie compensée par une hausse des ventes de produits pharmaceutiques.

Côté importations, la baisse est de 20,7 milliards de dollars et concerne majoritairement les produits électroniques, smartphones, ordinateurs, équipements de télécommunications ou biens d'équipement de la maison, ainsi que les produits pharmaceutiques.

Le numéro un sur le marché du smartphone aux Etats-Unis, Apple, fait d'ailleurs face à des difficultés d'approvisionnement depuis plusieurs mois, alors que les usines chinoises de son principal fabricant, Foxconn, tournent au ralenti sous l'effet des différentes phases de la politique chinoise face à la pandémie de Covid-19.

Le déficit commercial avec la Chine continue d'ailleurs de reculer, pour atteindre 20,4 milliards de dollars en novembre, principalement sous l'effet de la baisse des importations.

Celui avec l'Union européenne est également en repli, plus limité cependant, et s'établit à 19,5 milliards de dollars.

Sur le mois, les importations en provenance d'Europe sont d'ailleurs supérieures à celles venant de Chine, respectivement à 48 milliards de dollars et 33,9 milliards de dollars.

Conséquence, sur les onze premiers mois de 2022, les importations en provenance d'Europe s'élèvent à 504,43 milliards de dollars, dépassant les 499,45 milliards de dollars de celles arrivant de Chine.