L'invasion de l'Ukraine par la Russie, respectivement cinquième et premier exportateur mondial de blé - soit 30% de l'approvisionnement de la planète - a plongé depuis février les marchés alimentaires dans une ère d'incertitudes. Quelques jours après le début de la guerre le 24 février, les prix mondiaux des produits alimentaires avaient ainsi atteint en mars leurs "plus hauts niveaux jamais enregistrés".

également interessant
 
 
 
 
 
 

Pour l'ensemble de l'année 2022, l'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, s'établissait en moyenne à 143,7 points, "soit 14,3% de plus que la valeur moyenne de 2021", a indiqué l'organisation vendredi. Le précédent record remontait à l'année 2011, marquée par une crise alimentaire et des émeutes de la faim en Afrique, l'indice s'établissant alors à 131,9 points.

L'invasion du grenier à blé de l'Europe a mis en lumière les fragilités et les dépendances, en particulier des pays pauvres, faisant redouter une nouvelle crise alimentaire mondiale. Le scénario du pire, avec des "ouragans de famine", comme le craignait l'ONU, a été évité grâce à la reprise des exportations ukrainiennes cet été, mais les prix resteront soutenus en 2023, avec toujours une forte volatilité.

"Les prix mondiaux du blé et du maïs ont atteint des niveaux records" en 2022, a résumé vendredi la FAO. Sur le marché européen, le blé est monté jusqu'à 438 euros la tonne le 16 mai, après avoir démarré l'année autour de 270 euros. Avec une volatilité toujours hors norme, il s'établissait fin décembre autour de 315 euros, soit une progression de près de 17% sur un an.

L'Ukraine étant aussi un producteur majeur d'huile de tournesol, la valeur moyenne de l'indice FAO des prix des huiles végétales a également battu un record sur l'année. Les prix de la viande et des produits laitiers, quant à eux, ont atteint "leurs plus hauts niveaux annuels depuis 1990", selon la FAO.

La Russie comme arbitre

Les prix des produits alimentaires sont ensuite repartis à la baisse en avril, et n'ont cessé de décroître depuis neuf mois. L'indice FAO de décembre 2022, qui s'élève en moyenne à 132,4 points, s'est replié de 1,9% sur un mois et est même redescendu sous son niveau d'il y a un an. La tension est plus largement retombée en juillet après la signature d'un accord pour reprendre les exportations de blé ukrainien en mer Noire. Un "corridor" ardemment négocié sous l'égide de l'ONU, qui a permis de sortir des silos 15 millions de tonnes de céréales et oléagineux.

"C'est une bonne chose que les prix des denrées alimentaires se calment après deux années très volatiles", a salué Máximo Torero, économiste en chef de la FAO, ajoutant qu'il était primordial de "rester vigilant et se concentrer sur l'atténuation de l'insécurité alimentaire mondiale".

Les prix alimentaires mondiaux, a-t-il prévenu, "restent à des niveaux élevés, avec de nombreux produits de base proches de niveaux record, des prix du riz en hausse, et encore de nombreux risques associés aux approvisionnements futurs". Les stocks mondiaux de blé sont au plus haut chez les exportateurs, selon le cabinet Agritel, mais 35% d'entre eux se trouvent en Russie, qui a récolté plus de 100 millions de tonnes de blé et confirme ainsi sa position d'arbitre.

En décembre 2022, l'indice des prix des huiles végétales s'est replié de 6,7% par rapport à novembre, descendant à son plus bas niveau depuis février 2021. L'indice des prix des céréales a diminué de 1,9% sur la même période, notamment du fait de plus grandes disponibilités en blé après les récoltes dans l'hémisphère sud.