"Le premier projet (de livre) était différent. Il faisait 800 pages, et maintenant il n'en fait plus que 400. Ça aurait pu être deux livres, dit comme ça. Et le plus dur a été d'enlever des choses", a-t-il dit au journal The Telegraph.

"Il y a des choses qui se sont passées, surtout entre moi et mon frère, et dans une certaine mesure entre moi et mon père, que je ne veux tout simplement pas que le monde sache. Parce que je ne pense pas qu'ils me pardonneraient un jour", a-t-il ajouté.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Le livre intitulé "Le Suppléant" connaît un démarrage fulgurant en librairie. Le fils cadet de Charles III n'épargne personne, surtout pas son frère de deux ans son aîné qu'il qualifie de "meilleur ennemi".

Présenté comme colérique, William n'aurait jamais aimé son épouse Meghan qu'il jugeait "mal élevée et agressive", et aurait lors d'une dispute en 2019 jeté Harry à terre dans la gamelle du chien.

Inquiet pour ses neveux

Dans l'interview, réalisée avant la sortie du livre en Californie où il vit, Harry explique également se sentir responsable vis-à-vis des enfants de William: George, 9 ans, Charlotte, 7 ans, et Louis, 4 ans.

"Je sais que sur ces trois enfants, au moins un finira comme moi, le suppléant", a-t-il déclaré. "Et ça me fait mal, ça m'inquiète", a-t-il ajouté en admettant que William lui avait "fait comprendre très clairement que ses enfants ne sont pas ma responsabilité".

"Il ne s'agit pas d'essayer de faire s'effondrer la monarchie - il s'agit d'essayer de les sauver d'eux-mêmes", a-t-il affirmé. "Je sais que je vais être crucifié par de nombreuses personnes en disant cela", a-t-il admis, répétant quand même espérer une réconciliation.

Il s'adresse également directement à la famille royale en lui demandant qu'elle s'excuse auprès de son épouse Meghan, "parce que vous savez ce que vous avez fait".

"Alors avouez et nous pourrons tous passer à autre chose", ajoute-t-il. Le palais de Buckingham garde le silence depuis la sortie du livre qui fait mauvais genre à l'approche du couronnement de Charles III le 6 mai.