La baisse de la consommation de viande est une tendance sur le long terme, constatent les porte-parole des grands distributeurs et grossistes contactés par Keystone-ATS. En janvier, cette tendance marque un creux, mais pas dans une proportion similaire à la hausse des ventes de produits vegan stimulées par les actions commerciales.

Pendant le Veganuary, la demande d'alternatives végétaliennes augmente fortement chez Coop. C'est également le cas cette année, indique le porte-parole du grand distributeur Caspar Frey. Coop ne vend toutefois pas moins de viande. "Les années passées, nous n'avons pas constaté d'impact du Veganuary. Nous pensons qu'il en sera de même cette année", précise-t-il.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Et d'ajouter que cela concerne en particulier la viande de porc et de veau. La demande de volaille, elle, n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années.

Prise de conscience

Le mois de janvier n’est traditionnellement pas une période très carnivore, note le porte-parole de Migros Tristan Cerf. Il est toutefois encore trop tôt pour voir des tendances claires se dessiner cette année. En général et sur le long terme, Migros constate une baisse de vente du volume de viande, mais une proportion plus grande de viande plus qualitative, avec valeur ajoutée, comme un label, ajoute-t-il.

En revanche, il va de soi, selon M. Cerf, que l’augmentation de la vente des alternatives aux protéines animales implique une baisse de la vente des produits carnés correspondants. "En général, nous vendons beaucoup plus de produits à base de plantes en janvier que d'habitude", affirme le porte-parole de Migros. C'est probablement dû à la forte attention autour du Veganuary et, en général, à la prise de conscience croissante du thème de l'alimentation, selon lui.

A la hausse

Après les fêtes, de nombreux clients souhaitent manger plus consciemment, ce qui profite également à l'alimentation végétalienne et végétarienne. Ce qui est passionnant, c'est qu'autour du Veganuary, de nombreux clients qui ne font habituellement pas leurs courses dans ce domaine essaient des produits à base de plantes, constate le porte-parole.

Pour Tristan Cerf, l'expérience montre que la demande en produits à base d’alternatives végétales à la viande et aux laitages diminue un peu après janvier, mais la tendance est parallèlement à la hausse tout au long de l'année.

Profitable

"En tant que grossiste de livraison et de collecte, il est naturel pour nous de profiter de la campagne mondiale Veganuary, car elle offre de nombreuses opportunités", déclare pour sa part Christine Strahm, responsable de la communication chez Prodega. Pas seulement en janvier, mais aussi au-delà. Selon la porte-parole, la vente de produits à base de plantes se développe à un niveau réjouissant.

Le nombre de clients adoptant une alimentation végétalienne se situe toutefois dans la fourchette basse des pourcentages à un chiffre. Il ne faut donc pas s'attendre à une baisse du chiffre d'affaires des produits carnés.