Cette nouvelle disposition vise à répondre à "des exigences réglementaires en évolution", a expliqué le géant américain de l'internet dans une note de blog, à la suite d'un bras de fer avec le gendarme de la vie privée en Irlande, où l'entreprise a son siège européen.

Meta s'était vu infliger en janvier deux lourdes amendes totalisant 390 millions d'euros par le régulateur irlandais, qui agissait pour le compte de l'UE, en raison de violations du règlement européen sur les données (RGPD).

également interessant
 
 
 
 
 
 

Surtout, Meta se voyait privé du fondement juridique qui l'autorisait à compiler, stocker et analyser les données des centaines de millions d'Européens utilisant ses services sans leur demander formellement leur accord. La décision du régulateur l'obligeait à demander à ses utilisateurs un consentement spécifique en vue de leur proposer de la publicité ciblée.

Suisse aussi concernée

Actuellement, les utilisateurs qui s'inscrivent sur Facebook et Instagram ont cette autorisation de partage des données activée par défaut, ce qui permet à Meta de générer des publicités extrêmement personnalisées et très lucratives.

"Aujourd'hui, nous annonçons notre intention de modifier la base juridique que nous utilisons pour traiter certaines données à des fins de publicité personnalisée pour les personnes" basées dans l'UE ainsi qu'en Suisse, Norvège, Islande et au Liechtenstein, a expliqué Meta.

"Il n'y a pas d'impact immédiat sur nos services dans la région. Une fois ce changement activé, les annonceurs pourront toujours mener des campagnes publicitaires personnalisées afin d'atteindre des clients potentiels", a assuré le groupe californien, indiquant maintenir "un dialogue constructif" avec les régulateurs.

Marché important

L'Europe représente un marché-clef pour Meta. Facebook comptait fin 2022 environ 300 millions d'utilisateurs quotidiens actifs en Europe, sur un total de 2 milliards dans le monde, les Européens générant environ un cinquième du chiffre d'affaires publicitaire de Meta.

Plusieurs géants américains de l'internet ont été frappés ces dernières années par des amendes massives pour leurs pratiques commerciales dans l'UE et doivent s'adapter pour se conformer aux strictes réglementations européennes en matière de confidentialité des données.

Meta fait par ailleurs partie des géants du numérique auxquels seront imposées l'an prochain les nouvelles règles de l'UE contre les pratiques anti-concurrentielles (DMA), et, à partir de fin août, de nouvelles obligations de lutte contre la désinformation, la haine en ligne et les contrefaçons (DSA).