L'indice, calculé sur la base de sondages d'entreprises, a glissé à 50,8, son plus faible niveau depuis trois mois, contre 52,2 en mai. L'activité continue de progresser, pour le quatrième mois consécutif, mais à un rythme fortement ralenti: un chiffre supérieur à 50 signale une croissance de l'activité, tandis qu'un chiffre en-deçà reflète une contraction.

«Les faibles performances de la France ont fortement contribué au repli de l'indice PMI de la zone euro», sur fond de crise politique, observe Cyrus de la Rubia, économiste pour la Hamburg Commercial Bank (HCOB), partenaire de S&P Global.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Les résultats des élections européennes et la dissolution surprise de l'Assemblée nationale ont «très probablement suscité parmi les entreprises de fortes inquiétudes relatives aux politiques économiques du prochain gouvernement et poussé bon nombre d'entre elles à suspendre leurs commandes et investissements» en France, analyse-t-il.

Repli brutal pour le secteur manufacturier

Dans l'ensemble de la zone euro, l'indice mesurant plus précisément la production manufacturière a brutalement reculé, à 46, contre 49,3 en mai, traduisant une aggravation soudaine du déclin de l'activité, sur fond de baisse accélérée des nouvelles commandes - qui augure d'une conjoncture morose prolongée.

«Les prix de vente, qui n'ont cessé de diminuer ces quatorze derniers mois, pourraient repartir à la hausse, les coûts des fabricants ayant augmenté pour la première fois depuis février 2023», mais généralement, «l'inflation des prix payés dans le secteur privé affiche son plus bas niveau depuis décembre 2023», note également M. de la Rubia.

La modération de l'inflation dans les services s'est accentuée, «mais les prix dans ce secteur restent très au-dessus de leur moyenne de long terme, et l'indice est même reparti en hausse en Allemagne, de quoi conforter l'idée que la Banque centrale européenne (BCE) fera une pause en juillet» dans ses baisses de taux d'intérêt, estime Franziska Palmas, de Capital Economics.

En juin, la croissance de la zone euro repose toujours sur le secteur des services, où l'activité reste robuste malgré un ralentissement (indice à 52,6, contre 53,2 en mai). Signe d'une morosité persistante, la confiance des entreprises en zone euro a chuté à son plus faible niveau depuis février.

La zone euro est sortie de la récession au premier trimestre, avec une progression de 0,3% en glissement trimestriel du PIB des 20 pays partageant la monnaie unique. Et ce en dépit de performances très affaiblies en Allemagne et en France, et sur fond de demande mondiale terne. La croissance économique devrait rester modérée: la Commission européenne table sur une hausse du PIB de 0,8% sur l'ensemble de 2024 dans la zone euro, puis 1,4% l'an prochain.

S
SDA