Des chercheurs de l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT) constatent dans un rapport publié jeudi que le risque de pénurie d'éléments comme le lithium, le cobalt, le nickel et les terres rares est avant tout de nature géopolitique.

«En fait, il y a suffisamment de ces matières premières», a expliqué Urs Neu, directeur de la commission de l'énergie de la SCNAT, à l'agence Keystone-ATS. Mais elles ne sont exploitées que dans quelques pays, et la Chine a pratiquement le monopole de nombreuses substances.

également interessant
 
 
 
 
 
 

La Suisse est donc fortement dépendante des importations pour la construction d'installations utilisant des énergies renouvelables. Les options proposées pour réduire les risques vont des innovations techniques aux accords internationaux en passant par le développement du recyclage.

S
SDA