Cette nouvelle baisse des taux directeurs laisse espérer de futures baisses des coûts du crédit aux emprunteurs, ces derniers ne s'engageant pas du coup sur des échéances trop longues.

Lors de sa précédente réunion de politique monétaire, l'institut d'émission helvétique a ramené son taux directeur à 1,25%, contre 1,50% précédemment, ce qui a eu un effet baissier sur les taux hypothécaires, a constaté jeudi le portail comparatif financier Comparis.ch.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Fin juin, une hypothèque à taux fixe sur trois ans se négociait à un taux indicatif de 2,09%, contre 2,13% au dernier pointage mi-avril. Pour une durée de cinq ans, le taux se situait également à 2,09%, après 2,15%.

Pour les plus longues échéances, la tendance était similaire, un crédit immobilier sur dix ans profitant en moyenne d'un taux à 2,18% (2,28%) et de 2,35% (2,39%) pour une durée sur 15 ans.

Comparis.ch a constaté que la part des hypothèques à taux fixe de durée moyenne (de 4 à 6 ans) est passée d'environ 40% à 30%. Alors qu'au premier trimestre, près de la moitié de toutes les transactions avaient été conclues pour des hypothèques à taux fixe d'une durée de dix ans ou plus, cette part ne représente plus désormais qu'environ 40%. Au contraire, plus d'une personne sur cinq a contracté une hypothèque d'une durée maximale de trois ans au deuxième trimestre.

«La deuxième baisse de taux consécutive suscite l'espoir de nouvelles baisses rapides des taux. Par conséquent, les preneuses et les preneurs d'hypothèques se montrent attentistes et refusent de s'engager sur des échéances trop longues», a souligné l'expert du portail internet, Dirk Renkert.

S
SDA