Le navire, dont le pavillon russe fait polémique depuis des mois, avait dû en changer au printemps pour celui des Îles Cook, à la demande des autorités françaises.

Malgré cela, le préfet du Finistère, «en lien avec les autorités gouvernementales, a pris un arrêté d'interdiction d'accès au port de Brest» à l'encontre du Shtandart.

Cette interdiction s'appuie sur l'extension des sanctions européennes, décidée le 24 juin, aux «navires répliques historiques». Le navire «n'est donc pas autorisé à accéder au port de Brest (...) ni à aucun autre port du département», a précisé la préfecture.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Regrets

Le Shtandart, qui a quitté le port de La Rochelle jeudi soir, se trouve actuellement entre l'Ile d'Yeu et Saint-Nazaire, a indiqué son capitaine Vladimir Martus à l'AFP. Le navire était censé accoster jeudi 11 juillet à Brest, à la veille de l'ouverture des Fêtes maritimes, l'un des plus grands rassemblements maritimes au monde.

«Nous savons que le bon peuple ukrainien a mené une lutte héroïque contre l'agresseur, nous savions que le drapeau tricolore russe pouvait être une raison de leur colère», a expliqué le capitaine dans un communiqué diffusé lundi.

Selon lui, «la véritable mission du Shtandart (...) est de développer l'amitié entre les peuples de toutes les nations, de mettre fin à la haine (...) au niveau des gens ordinaires».

Critiques

Du côté des opposants au navire, la décision préfectorale est «un précédent important», a déclaré à l'AFP Bernard Grua, animateur du collectif «No Shtandart In Europe».

«On va dans le bon sens», a ajouté l'officier de marine de réserve, qui maintient cependant le rassemblement prévu mardi à Brest «pour demander l'application effective de l'arrêté préfectoral». «Le Shtandart n'a rien à faire dans les ports français», a-t-il asséné.

Quant à la mairie de Brest, elle a annoncé son intention de «respecter les directives de l'Etat». L'association bretonne de défense de la mer et des marins Mor Glaz a au contraire dénoncé, dans un communiqué, un arrêté préfectoral «qui n'a aucun sens».

S
SDA