Interrogée par l'AFP, à l'occasion d'une conférence organisée à Paris mercredi, sur ce mouvement social débuté lundi après l'échec de négociations salariales, la direction n'a pas souhaité réagir, collant à sa feuille de route prévoyant de parler d'IA.

Après avoir donné le coup d'envoi de sa stratégie dans ce domaine en janvier en intégrant ses outils baptisés «Galaxy AI» dans ses nouveaux smartphones S24, Samsung va les élargir à l'ensemble de ses produits, des écouteurs sans fil aux montres intelligentes, en passant par sa première bague connectée.

également interessant
 
 
 
 
 
 

«Lorsque nous avons lancé le S24, nous avions proclamé que, d'ici la fin de l'année, +Galaxy AI+ serait intégré à 100 millions d'appareils. Mais les progrès ont été accélérés. À l'heure actuelle, nous pouvons donc affirmer que, d'ici la fin de l'année, il sera disponible sur 200 millions d'appareils», a indiqué à l'AFP TM Roh, le patron de la division mobile du géant sud-coréen.

Génération de contenus texte automatiques à partir de quelques mots ou traduction simultanée disponible lors de conversations téléphoniques ou en personne, l'IA générative a conquis le monde en 2023 et suscite une course effrénée entre les grands groupes technologiques.

«Dans l'ensemble, plus d'un milliard de dollars est investi dans l'avancement et le renforcement de l'IA chez Samsung Mobile. Au niveau de (la maison mère) Samsung Electronics, l'investissement dans les ressources consacrées à l'IA est bien plus massif», explique TM Roh, sans donner de précisions.

Bague connectée

«Si Samsung a bien communiqué sur +Galaxy AI+ en préemptant le terrain, les services d'IA sont encore limités et l'IA n'est pas encore un critère de choix essentiel pour un smartphone mais simplement un outil pour démontrer la capacité d'innovation», souligne auprès de l'AFP Thomas Husson, analyste chez Forrester.

Et si la marque à la pomme a dévoilé début juin «Apple Intelligence», la nouvelle nomenclature d'IA générative qui va équiper ses appareils de l'iPhone au Mac, elle «n'a pas encore les moyens de réaliser pleinement sa vision, en devant encore se reposer sur son partenariat avec OpenAI et en étant limitée par la réglementation européenne», ajoute-t-il.

Après avoir été détrôné par son concurrent américain en 2023, Samsung a repris au premier trimestre 2024 sa place de premier fournisseur de smartphones, selon le cabinet spécialisé IDC, avec plus de 60 millions d'appareils vendus (-0,7% sur un an), soit quasiment 21% de part de marché.

A titre de comparaison, Apple a écoulé plus de 50 millions d'iPhone de janvier à mars, soit 17,3% du marché mondial et 9,6% de moins que l'année dernière à la même période.

Autour des deux piliers stratégiques que sont l'IA et le segment premium, à l'image de sa sixième génération de smartphones pliables dévoilée mercredi, Samsung entend aussi poursuivre sa diversification dans les produits connectés de santé.

Dévoilée en janvier sans donner plus de détails, la bague connectée baptisée «Galaxy Ring» va être commercialisée dans un «nombre limité» de marchés (Etats-Unis, Chine, Corée du sud, Allemagne, Royaume-Uni, France...) à partir du 24 juillet, a également annoncé l'entreprise.

Inédit sur le marché de l'électronique grand public, cet anneau permet à son utilisateur de collecter des informations plus précises sur l'état de son sommeil ou sa fréquence cardiaque grâce à des capteurs.

S
SDA